dimanche 21 avril 2024
AccueilSociétéChasse à l'enfant : 60 gendarmes mobilisés, aucun signe de vie depuis...

Chasse à l’enfant : 60 gendarmes mobilisés, aucun signe de vie depuis 48 heures !

Disparition d’un enfant de 2 ans et demi dans les Alpes-de-Haute-Provence

Une soixantaine de gendarmes sont mobilisés pour retrouver l’enfant de 2 ans et demi, dans les Alpes-de-Haute-Provence. NICOLAS TUCAT / AFP

Appel à témoins lancé par la gendarmerie le 9 juillet 2023 pour retrouver Emile, 2 ans et demi. HANDOUT / AFP

En vain, le périmètre des recherches a été étendu, lundi 10 juillet, pour retrouver Emile, un enfant de 2 ans et demi disparu après avoir échappé samedi à la vigilance de ses grands-parents au Vernet, village des Alpes-de-Haute-Provence. Quarante-huit heures après sa disparition, le garçon n’a pas été « localisé », a signalé lundi soir le préfet du département, Marc Chappuis. Ce dernier a annoncé la mise en place d’un nouveau dispositif de recherche « plus ciblé et sélectif » dès mardi.

« On arrête les battues. On reste présents sur le terrain, on déploie des moyens spécialisés à la recherche de traces et d’indices », a-t-il précisé. « On estime qu’en quarante-huit heures l’enfant aurait dû être retrouvé s’il était dans le périmètre » des recherches, soit 5 kilomètres autour du hameau du Haut-Vernet, où se trouve le domicile des grands-parents, a-t-il expliqué lors d’un point de presse.

Les volontaires – ils étaient environ 800 lundi – sont invités à ne plus se rendre dans le secteur, à la demande du procureur de la République de Digne-les-Bains, Rémy Avon. « Toutes les hypothèses restent d’actualité, aucune n’est privilégiée ni exclue », a-t-il avancé. « De nombreuses auditions de témoins » n’ont « pas apporté de nouveaux éléments susceptibles de pouvoir expliquer la disparition du petit Emile », a ajouté le procureur, selon qui il n’y a « pour l’instant aucun élément qui caractérise une infraction pénale susceptible d’être à l’origine de cette disparition ».

« Quasiment toutes » les habitations du Haut-Vernet ont par ailleurs été visitées par les enquêteurs, à l’exception de deux, abandonnées. Les recherches avaient repris depuis 6 heures lundi, selon la gendarmerie, qui a mobilisé une soixantaine de militaires, un hélicoptère et un chien de Saint-Hubert, à l’odorat très développé. Des pompiers, dont certains spécialistes en recherche cynophile, et des volontaires ont sillonné les zones montagneuses, escarpées, parsemées de petits cours d’eau, pour retrouver l’enfant.

Le petit garçon jouait dans le jardin de la maison de ses grands-parents, dans ce village de 125 habitants, quand il a disparu samedi vers 18 heures. Le secteur est escarpé. Selon de premiers éléments ressortant de deux témoignages, l’enfant a quitté « le lieu de résidence de ses grands-parents » et a été vu « dans une rue descendante par deux personnes. C’est là que nous perdons ensuite sa trace », avait fait savoir dimanche le procureur de la République, au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue au Vernet.

L’enquête, ouverte dimanche pour rechercher les causes de la disparition, a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Marseille, appuyée par la brigade de recherches de la gendarmerie de Digne-les-Bains.

Mots-clés: disparition, enfant, gendarmerie, Alpes-de-Haute-Provence, recherche, témoins, préfecture, battues, volontaires, hypothèses, enquête, village, hélicoptère, pompiers, Saint-Hubert, cours d’eau, témoignages, procureur de la République, conférence de presse, Marseille, Digne-les-Bains

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE