mardi 28 mai 2024
AccueilSociétéRéseau de viols et traite d'êtres humains : les horreurs de French...

Réseau de viols et traite d’êtres humains : les horreurs de French Bukkake révélées devant la cour criminelle de Paris !

Dix-sept hommes seront jugés pour violences sexuelles, car soupçonnés d’avoir participé à un système ayant débouché sur des viols aggravés de dizaines de femmes dans le cadre de tournages pour la plate-forme pornographique French Bukkake, dont Pascal Ollitrault (dit « Pascal OP ») est le gérant, a appris l’Agence France-Presse de sources proches du dossier, jeudi 31 août.

La gravité de cette affaire a conduit à la mise en examen de ces hommes, âgés de 29 à 61 ans, pour plusieurs infractions, dont les plus marquantes sont les « viols en réunion », la « traite d’êtres humains en bande organisée » et le « proxénétisme aggravé ». Ces hommes avaient des rôles clés au sein de la plate-forme, en tant que dirigeant, associé ou encore recruteur d’actrices et d’acteurs.

Il est important de souligner que quatre des mis en cause sont toujours en détention provisoire, signe du danger qu’ils représentent pour la société. De plus, l’enquête a révélé l’existence d’une cinquantaine de femmes qui ont été identifiées comme victimes, ce qui laisse penser qu’il peut y avoir encore d’autres victimes non identifiées à ce jour.

Face à cette situation dramatique, plus d’une quarantaine de femmes et quatre associations, Les Effrontées, le Mouvement du Nid, Osez le féminisme et la Ligue des droits de l’homme, se sont constituées parties civiles afin de défendre les droits des victimes et d’obtenir justice pour elles.

C’est l’ouverture d’une information judiciaire en octobre 2020 qui a permis de mettre en lumière le « système » qui aurait été mis en place par Julien D. L’accusé est soupçonné d’avoir créé trois personnages virtuels distincts dans le but d’attirer des jeunes femmes précaires. Tout d’abord, il se présentait comme une amie rassurante du nom d’« Axelle Vercoutre », convaincant ainsi les victimes de se lancer dans l’escort. Ensuite, il se faisait passer pour le dirigeant d’une agence spécialisée dans cette activité et les recrutait. Enfin, il jouait le rôle d’un client prétendu de l’agence, rencontrant les femmes dans une chambre d’hôtel pour des rapports tarifés.

Entre 2013 et 2019, grâce à ce « stratagème », il aurait violé une trentaine de ces femmes lors des soi-disant tests, avant de les diriger vers des tournages où elles étaient maltraitées à nouveau, cette fois-ci pour des viols aggravés.

Du côté des principaux responsables du site French Bukkake, Pascal Ollitraut, le réalisateur et gérant, ainsi que son associé connu sous le nom de « Mat Hadix », sont eux aussi accusés d’avoir bénéficié de ce système de recrutement et d’avoir participé aux viols en réunion et à la traite d’êtres humains en bande organisée. Pascal Ollitrault est également soupçonné de « proxénétisme aggravé », car il aurait permis à certains clients de participer aux vidéos en échange d’un abonnement ou de la mise à disposition d’un lieu de tournage.

Cette affaire révèle une fois de plus les dérives du milieu de la pornographie, où des réseaux criminels exploitent et violentent des femmes vulnérables. Il est primordial que la justice fasse toute la lumière sur cette affaire et punisse sévèrement tous les responsables.

Mots-clés : violences sexuelles, viols aggravés, plate-forme pornographique, French Bukkake, procès, cour criminelle, Paris, mise en examen, traite d’êtres humains, proxénétisme aggravé, détention provisoire, victimes, associations, information judiciaire, système, Julien D., escort, tournages, Pascal Ollitraut, Mat Hadix, réseaux criminels, exploitation, justice.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE