vendredi 1 mars 2024

Le coup d’État au Gabon : les frontières rouvrent après la chute du président Ali Bongo !

Réouverture des frontières au Gabon après le putsch contre Ali Bongo Ondimba

Trois jours après avoir renversé le président Ali Bongo Ondimba, les militaires ont annoncé, samedi 2 septembre, la réouverture des frontières du Gabon. Cette décision a été prise dans le but de préserver le respect de l’État de droit, les bonnes relations avec les pays voisins et l’ensemble des États du monde, ainsi que de démontrer la ferme volonté de tenir les engagements internationaux du pays.

Le colonel Ulrich Manfoumbi Manfoumbi, porte-parole du Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI), a déclaré à la télévision d’État que les frontières terrestres, maritimes et aériennes du Gabon rouvriraient immédiatement. Depuis le coup d’État de mercredi qui a évincé le président Bongo, les frontières étaient fermées. Cependant, les autorités n’ont pas levé le couvre-feu qui demeure en vigueur de 18 heures à 6 heures sur l’ensemble du territoire. Néanmoins, les voyageurs souhaitant entrer ou quitter la République gabonaise seront autorisés à circuler en présentant leur document de voyage.

Le général Brice Oligui Nguema, à la tête du coup d’État et du CTRI, prêtera serment en tant que « président de la transition » lundi. Il a promis des institutions « plus démocratiques » et respectueuses des « droits humains », sans précipitation. Ces promesses ont été formulées après des rencontres intensives avec différents acteurs politiques, le corps diplomatique, les organisations internationales et les bailleurs de fonds.

L’accent a également été mis sur la lutte contre la corruption de l’ancien pouvoir de M. Bongo, dont la famille a dirigé le Gabon pendant plus de cinquante-cinq ans. Le nouvel homme fort du pays affirme mettre en place des mesures visant à éradiquer ce fléau et à instaurer une gouvernance plus transparente.

La réouverture des frontières est une étape importante pour le Gabon, notamment sur le plan économique. En effet, ce petit État d’Afrique centrale est riche en pétrole, et la fermeture des frontières avait un impact significatif sur les échanges commerciaux et les investissements étrangers. Cette décision permettra aussi aux Gabonais et aux ressortissants étrangers de circuler librement, favorisant ainsi les échanges culturels et touristiques.

Mots-clés: Gabon, président Ali Bongo Ondimba, coup d’État, réouverture des frontières, Colonel Ulrich Manfoumbi Manfoumbi, Comité pour la transition et la restauration des institutions, institutions démocratiques, droits humains, corruption, général Brice Oligui Nguema, gouvernance transparente, économie, pétrole, échanges commerciaux, investissements étrangers, circuler librement.

articles similaires

Articles Récents