mardi 25 juin 2024
AccueilEn directUne catastrophe humanitaire imminente au Niger : les conséquences désastreuses du coup...

Une catastrophe humanitaire imminente au Niger : les conséquences désastreuses du coup d’État et des sanctions économiques !

L’impact du coup d’Etat au Niger sur les populations vulnérables

Avant le coup d’Etat, le Niger était déjà confronté à de nombreux défis, en tant que l’un des pays les plus pauvres du monde. Victime des violents effets du changement climatique et luttant contre la présence de groupes armés dans la région, il était confronté à une situation précaire. Les Nigériens les plus vulnérables, souvent éloignés de la capitale où se jouent les décisions importantes, risquent désormais de subir davantage les conséquences de cette instabilité politique.

En tant que directeur de l’International Rescue Committee (IRC) au Niger, je suis particulièrement préoccupé par la réponse de la communauté internationale à ce coup d’Etat. Malgré des progrès notables, tels qu’une croissance économique avec un PIB en augmentation et une baisse des attaques des groupes armés contre les civils, les avancées réalisées sont désormais menacées.

Le 26 juillet, suite au coup d’Etat, la communauté internationale a réagi de trois manières principales. Tout d’abord, l’organisation régionale de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a imposé des sanctions économiques sévères, notamment des fermetures de frontières. De plus, elle a menacé d’intervenir militairement pour rétablir l’ordre constitutionnel. Enfin, les pays bailleurs de fonds ont suspendu, plus ou moins partiellement, leur aide au Niger.

Malheureusement, toutes ces décisions risquent d’avoir des conséquences humanitaires catastrophiques pour les personnes que mon organisation sert. Avant même la crise actuelle, environ 3,3 millions de personnes, soit 13% de la population, vivaient en insécurité alimentaire. Dans la semaine qui a suivi l’annonce des sanctions, le prix moyen du riz a augmenté de 20%. Les agriculteurs et les éleveurs locaux voient leurs moyens de subsistance s’amenuiser alors que les greniers sont vides avant les récoltes. Ils dépendent fortement du commerce régional, qui est particulièrement actif ces mois-ci avec les échanges commerciaux transfrontaliers. Malheureusement, les fermetures de frontières aggravent la crise et empêchent les livraisons humanitaires vitales d’atteindre les communautés les plus vulnérables.

A titre d’exemple, près de 820 tonnes de biens pour la sécurité alimentaire sont bloquées à la frontière nigéro-béninoise. Des organisations comme l’IRC ne peuvent plus acheminer les stocks vitaux. Nous attendons notamment des suppléments nutritionnels pour 2 300 enfants, mais nous ne savons pas quand nous serons en mesure de les recevoir. Nous disposons encore de réserves, mais elles risquent de s’épuiser cruellement.

Pour conclure, il est indispensable que la communauté internationale prenne en compte la vulnérabilité des civils dans sa réponse à cette crise politique au Niger. Les conséquences humanitaires de ses décisions peuvent être désastreuses pour les populations déjà fragilisées. Il est primordial de mettre en place des mesures qui permettent de garantir l’accès à l’aide humanitaire et de soutenir les populations dans le besoin.

Mots-clés: Niger, coup d’Etat, pauvreté, changement climatique, groupes armés, vulnérabilité, instabilité politique, International Rescue Committee, PIB, sanctions économiques, fermetures de frontières, insécurité alimentaire, agriculteurs, éleveurs, commerce régional, livraisons humanitaires, suppléments nutritionnels.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE