samedi 2 mars 2024

La Chine entre en déflation, une menace pour l’économie et le pouvoir d’achat !

Déflation en Chine : la consommation intérieure atone complique la reprise économique

La Chine est confrontée à une situation économique inquiétante. En effet, le pays est entré en déflation pour la première fois en plus de deux ans, à rebours des principales économies qui luttent contre l’inflation. Cette déflation est principalement causée par une consommation intérieure atone, ce qui rend la reprise économique plus difficile.

La déflation est l’inverse de l’inflation. Elle se caractérise par une baisse des prix des biens et services. À première vue, cela peut sembler positif pour le pouvoir d’achat des consommateurs. Cependant, la déflation représente une menace pour l’économie dans la mesure où elle incite les consommateurs à reporter leurs achats dans l’espoir de bénéficier de baisses de prix plus importantes. Par conséquent, la demande diminue, ce qui pousse les entreprises à réduire leur production et à accorder de nouvelles réductions sur leurs stocks. Dans certains cas, cela peut même conduire à des gels d’embauches ou à des licenciements.

En juillet, l’indice des prix à la consommation en Chine a chuté de 0,3% par rapport à l’année précédente, selon le bureau national des statistiques (BNS). Les économistes interrogés par l’agence Bloomberg prévoyaient une baisse des prix de 0,4%, après une inflation nulle le mois précédent. En comparaison, l’inflation était de 4,5% en France en juin et de 3% aux États-Unis.

Cette déflation est le reflet de l’essoufflement de la reprise en Chine et de la nécessité d’un plan de relance vigoureux pour stimuler une demande insuffisante, explique Ken Cheung, analyste à la banque japonaise Mizuho. De nombreux économistes préconisent une telle approche pour soutenir l’activité. Cependant, pour le moment, les autorités chinoises se contentent de mesures ciblées et de déclarations d’intention envers le secteur privé, sans résultats probants.

Ces chiffres décevants risquent de mettre la pression sur le gouvernement pour qu’il réévalue son approche, estime Zhiwei Zhang, économiste chez Pinpoint Asset Management. Toutefois, l’analyste Tim Waterer se montre sceptique quant à la prise de nouvelles mesures immédiates par Pékin, malgré la mauvaise performance économique. En effet, la Chine avait déjà connu une courte période de déflation à la fin de 2020 et au début de 2021 en raison de l’effondrement des prix du porc, la viande la plus consommée dans le pays. La précédente période de déflation remontait à 2009. Mais cette fois-ci, de nombreux analystes redoutent une déflation plus longue, principalement en raison de la crise de l’immobilier. Ce secteur, qui représentait autrefois un quart du PIB chinois, est aujourd’hui dans une situation critique.

En juillet, l’indice des prix à la production en Chine a à nouveau baissé de 4,4% par rapport à l’année précédente, pour le dixième mois consécutif, rapporte le BNS. Déjà en recul de 5,4% en juin, cet indice traduit des marges réduites pour les entreprises. De plus, les exportations chinoises ont connu leur plus forte baisse en juillet (-14,2% par rapport à l’année précédente), pénalisées par une demande étrangère faible. Ces chiffres ont un impact direct sur des milliers d’entreprises qui tournent désormais au ralenti. Cette conjoncture met en péril l’objectif de croissance fixé à environ 5% pour cette année par le gouvernement chinois. Entre le premier et le deuxième trimestre 2023, la croissance chinoise n’a progressé que de 0,8% selon les chiffres officiels.

Face à cette situation économique délicate, la Chine a donné des instructions à ses économistes de ne pas rapporter de nouvelles trop alarmistes, notamment sur la déflation, affirment le Financial Times et Bloomberg. Il semble donc que le gouvernement chinois souhaite éviter une panique généralisée et tente de trouver des solutions appropriées pour stimuler l’économie.

Mots-clés : déflation, Chine, consommation intérieure, reprise économique, pouvoir d’achat, inflation, baisse des prix, demandes, production, réductions, stocks, emploi, croissance, sector privé, crise de l’immobilier, indice des prix à la production, marges réduites, exportations chinoises, objectif de croissance, économistes.

articles similaires

Articles Récents