mardi 5 mars 2024

Les Etats-Unis au Niger : puissance militaire occidentale discrète en Afrique!

La base militaire américaine d’Agadez (Niger), en avril 2018, est au centre des tensions entre les putschistes au pouvoir à Niamey et la France, soupçonnée d’être le cheval de Troie d’une action militaire destinée à les renverser. Cependant, on oublie souvent la présence des Etats-Unis au Niger, qui sont pourtant les plus implantés parmi les partenaires occidentaux du pays du Sahel. Avec une force de plus de 1 000 hommes, les Américains sont présents non seulement à l’aéroport de Niamey, mais aussi dans leur base d’Agadez, la seconde en importance sur tout le continent africain, ainsi que dans plusieurs endroits du pays.

Depuis le coup d’État du 26 juillet, aucun discours antiaméricain n’a émergé de la part des responsables militaires du Conseil national pour la sauvegarde de la patrie, la junte au pouvoir. Cependant, le président renversé, Mohamed Bazoum, s’est adressé en premier lieu à Washington dans une tribune publiée par le Washington Post. Dans cette tribune, il met en avant le soutien qu’il a reçu des États-Unis, de l’Union africaine, de l’Union européenne et de la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest pour mettre un terme à ce coup d’État.

La position centrale du Niger en fait une plateforme importante dans la lutte contre les groupes djihadistes. En effet, le pays ouvre sur la Libye, où un contingent du Groupe Wagner est déployé, sur l’Algérie avec laquelle les États-Unis tentent de resserrer les liens, ainsi que sur le Nigeria, réservoir de forces pour les groupes djihadistes de la région. Il est donc crucial pour les États-Unis d’éviter que le coup d’État n’ouvre la voie à une arrivée des paramilitaires russes de Wagner et à une possible brouille avec les Occidentaux.

Antony Blinken, le secrétaire d’État américain, s’est rendu au Niger en mars et a souligné, dans une interview à la BBC, que si le départ forcé du président Bazoum n’était pas fomenté par la Russie ou par Wagner, le groupe de mercenaires allait essayer d’en tirer profit. Mohamed Bazoum a également alerté sur le risque que toute la région centrale du Sahel ne passe sous influence russe par le biais du Groupe Wagner.

Mots-clés: base militaire, Agadez, Niger, tensions, pouvoir, putschistes, France, Etats-Unis, force militaire, partenaires occidentaux, aéroport de Niamey, base d’Agadez, coup d’Etat, Washington, président renversé, détention, discours antiaméricain, responsables militaires, Conseil national pour la sauvegarde de la patrie, junte, tribune, Washington Post, soutien, Union africaine, Union européenne, Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest, coup d’Etat, région, lutte contre les groupes djihadistes, Groupe Wagner, Algérie, Nigeria, réservoir de forces, paramilitaires russes, brouille, secrétaire d’Etat, interview, BBC, influence russe, Sahel.

articles similaires
Articles Récents