jeudi 13 juin 2024
AccueilnewsInternationalJournaliste emprisonnée en Russie : Prolongation de détention provisoire jusqu'au 5 décembre...

Journaliste emprisonnée en Russie : Prolongation de détention provisoire jusqu’au 5 décembre !

Détention prolongée de la journaliste Alsu Kurmasheva en Russie

Mercredi 18 octobre, Alsu Kurmasheva, journaliste russo-américaine, a été arrêtée et sa détention provisoire a été prolongée une première fois vendredi. Lundi 23 octobre, la justice russe a annoncé que sa détention provisoire serait prolongée jusqu’au moins le 5 décembre. Ces informations ont été relayées par les agences de presse russes.

Un tribunal de Kazan, dans la région du Tatarstan, a validé la demande des enquêteurs, qui accusent la journaliste de ne pas s’être inscrite correctement au registre des « agents de l’étranger ». Rappelons que vendredi, ce même tribunal avait déjà prolongé sa détention de soixante-douze heures. Alsu Kurmasheva travaille pour le média américain Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL), qui a demandé sa libération immédiate après l’annonce de la prolongation de sa détention.

La journaliste, qui a rejoint RFE/RL en 1998, travaille principalement en langues tatare et bachkire, ce qui lui permet de couvrir les minorités ethniques russes peuplant le Tatarstan et le Bachkortostan, régions de la Volga et de l’Oural. Elle réside habituellement à Prague avec sa famille, mais s’est rendue en Russie pour une « urgence familiale » le 20 mai dernier et n’a pas pu repartir car ses passeports américain et russe lui ont été confisqués.

Selon le site Internet Tatar Inform, la journaliste aurait été condamnée à une amende le 11 octobre pour ne pas avoir déclaré sa citoyenneté américaine aux autorités russes. D’après ce média, qui cite des sources policières anonymes, elle aurait notamment travaillé sur la mobilisation d’enseignants par l’armée russe pour l’offensive en Ukraine. Les accusations qui pèsent sur elle portent sur des manquements à son inscription au registre des « agents de l’étranger » et sur la collecte d’informations sur des activités militaires pouvant nuire à la sécurité de la Fédération de Russie. Elle risque jusqu’à cinq ans de prison.

Alsu Kurmasheva est la deuxième journaliste américaine à être détenue en Russie, après Evan Gershkovich, toujours emprisonné et arrêté pour espionnage par les services de sécurité russes (FSB) lors d’un reportage à Iekaterinbourg le 29 mars dernier. Au fil des années, plusieurs citoyens américains détenus en Russie ont été libérés après des échanges de prisonniers avec les États-Unis.

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022, le pays est accusé de mener une campagne de répression accrue contre les médias indépendants, les organisations non gouvernementales (ONG), les journalistes, les avocats et les opposants. Le statut d' »agent de l’étranger », semblable au terme soviétique « ennemi du peuple », impose de lourdes contraintes administratives et un contrôle financier aux personnes ou entités visées. Il oblige également à apposer le label « agent de l’étranger » sur toutes les publications, y compris sur les réseaux sociaux. Certains des critiques les plus respectés du président russe, Vladimir Poutine, sont qualifiés de « agents de l’étranger » par la justice russe, comme Dmitri Mouratov, Prix Nobel de la paix et rédacteur en chef du journal indépendant Novaïa Gazeta, depuis le 1er septembre.

Mots-clés: Alsu Kurmasheva, Russie, détention provisoire, agents de l’étranger, Radio Free Europe/Radio Liberty, Tatarstan, Bachkortostan, Ukraine, médias indépendants, organisations non gouvernementales, répression, Vladimir Poutine, Dmitri Mouratov.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE