vendredi 1 mars 2024

Grève historique au Centre Pompidou : fermeture totale pour 5 ans à partir de 2025, les postes et missions en péril !

Le mouvement social qui a débuté il y a une semaine se poursuit. Le Centre Pompidou est à nouveau fermé, lundi 23 octobre, en raison d’une grève du personnel qui souhaite obtenir des garanties sur la pérennité des postes et des missions durant la fermeture du musée pour cinq ans, à partir de 2025.

La direction du Centre Pompidou, qui abrite, outre le musée d’art moderne, une bibliothèque et nombre d’espaces de médiation culturelle , a annoncé lundi la fermeture de ses portes « en raison d’un mouvement social » sur X (ex-Twitter). La grève reconductible a commencé lundi 16 octobre après le vote de centaines d’agents réunis en assemblée générale dans les sous-sols de l’établissement. « Environ un millier de personnes travaillant pour la sécurité, la médiation, la conservation, l’édition, le cinéma ou les services administratifs et techniques sont concernées par cette fermeture et demandent des garanties sur la pérennité de leurs postes et de leurs missions » , avait expliqué, Nathalie Ramos du Syndicat national des musées et domaines CGT-Culture. Parmi leurs demandes figure aussi le paiement des primes dominicales et des jours fériés.

Confronté à l’usure de son bâtiment, le Centre Pompidou à Paris, aussi appelé Beaubourg, qui a été inauguré il y a près d’un demi-siècle, va fermer pour travaux de la fin de 2025 à 2030, afin de procéder à une rénovation complète du bâtiment. Son coût est estimé à plus de 260 millions d’euros. Le ministère de la culture promet que les emplois de tous les contrats à durée indéterminée (CDI) et fonctionnaires seront préservés pendant les travaux, chaque agent se voyant proposer une activité et un lieu de travail en tenant compte autant que possible de ses aspirations individuelles.

Selon le protocole d’accord, que Le Monde a pu consulter, le Centre Pompidou s’engage à ce que le montant de la masse salariale couvre les rémunérations de l’ensemble des agents en CDI, les fonctionnaires, certains contrats à durée déterminée (CDD) ainsi que les emplois « mécénés », nécessaires à la conduite des projets internationaux. L’établissement des futurs plannings devrait garantir aux agents en poste le maintien des majorations liées au travail les dimanches et jours fériés. Dans l’hypothèse contraire, un mécanisme de compensation serait mis en place, promet la direction. Le projet de protocole prévoit aussi un redéploiement des agents au Grand Palais, en travaux et qui doit rouvrir en 2024, et sur un nouveau pôle francilien de conservation et de création du Centre Pompidou à Massy (Essonne) qui doit ouvrir en 2026.

Si les syndicats reconnaissent des avancées, ils dénoncent les imprécisions. Le précédent mouvement social d’ampleur à Beaubourg, en 2017, avait duré douze jours.

Ultramoderne pour l’époque, le bâtiment a été conçu par les architectes Renzo Piano et Richard Rogers : structure de verre et de métal traversée de lumière, il est irrigué par de monumentales artères aux couleurs vives. Il compte parmi les plus importants musées d’art moderne et contemporain au monde. Ses collections rassemblent plus de 140 000 œuvres, de Marc Chagall à Pablo Picasso, en passant par Frida Kahlo et Joan Miro.

Mots-clés: mouvement social, Centre Pompidou, grève, pérennité des postes, travaux, rénovation, Beaubourg, syndicats, CDI, masse salariale, majorations, Grand Palais, Massy, Renzo Piano, Richard Rogers, musée d’art moderne, collections.

articles similaires

Articles Récents