vendredi 1 mars 2024

Plusieurs milliers de manifestants attaquent violemment l’ambassade de France à Niamey, déclenchant une réaction sans précédent de l’Élysée !

Des milliers de personnes ont protesté devant l’ambassade de France à Niamey, au Niger, pour exprimer leur soutien aux militaires putschistes. Cette manifestation a été violemment réprimée par les forces de l’ordre françaises à l’aide de grenades lacrymogènes. La France a vivement condamné cette manifestation et a déclaré que toute attaque contre ses ressortissants, son armée et ses emprises diplomatiques serait immédiatement et fermement répliquée.

Le mouvement civil M62, qui avait déjà protesté contre l’opération « Barkhane » de l’armée française au Sahel et au Sahara, a appelé à cette manifestation, malgré l’interdiction des rassemblements par la junte au pouvoir. Les manifestants ont brandi des drapeaux russes et nigériens et ont exprimé leur hostilité envers la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui tenait en même temps un sommet extraordinaire pour discuter de la situation au Niger.

La France, l’Union européenne et la CEDEAO ont suspendu leur aide au Niger en réponse au coup d’État. La junte au pouvoir a dénoncé une menace d’intervention militaire imminente à Niamey, affirmant que certaines chancelleries étrangères et certains anciens dignitaires étaient complices de cette menace. Ces déclarations témoignent de la tension croissante entre la junte et les partenaires occidentaux du Niger.

Le général Abdourahamane Tiani, chef de la garde présidentielle autoproclamé nouvel homme fort du pays, fait face à une pression croissante depuis la prise du pouvoir. Les partenaires internationaux du Niger condamnent vivement le coup d’État et demandent la libération du président légitime Mohamed Bazoum.

Le Niger, l’un des pays les plus pauvres au monde, est situé en plein cœur du Sahel et compte environ 20 millions d’habitants. Le pays est également riche en uranium et a une histoire marquée par plusieurs coups d’État depuis son indépendance en 1960. La région est instable, avec des coups d’État récents au Mali et au Burkina Faso. Le Niger est le dernier allié de la France dans la lutte contre les djihadistes dans la région, et Paris a déployé environ 1 500 militaires dans le pays.

Mots-clés: manifestation, soutien, militaires putschistes, France, Niamey, grenades lacrymogènes, mouvement civil M62, opération « Barkhane », Sahel, Sahara, Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), aide suspendue, coup d’État, général Abdourahamane Tiani, garde présidentielle, Mohamed Bazoum, partenaire occidental, Sahel, pauvreté.

articles similaires

Articles Récents