vendredi 21 juin 2024
AccueilInternationalAfriqueLe Nigeria attend les résultats de la présidentielle

Le Nigeria attend les résultats de la présidentielle

L’élection présidentielle du Nigeria du 26 février 2023 a été très disputée. Plus de 87 millions d’électeurs étaient appelés à choisir parmi 18 candidats l’homme qui aura la lourde tâche pendant quatre ans de redresser le Nigeria, plombé par une économie en berne, les violences récurrentes de groupes armés et de bandits, ainsi qu’un appauvrissement généralisé de la population.

Dimanche 26 février, la Commission électorale nationale indépendante (INEC) a commencé à dévoiler les tout premiers résultats de la présidentielle, Etat par Etat, mais a reporté la suite à lundi matin. Cependant, des inquiétudes et des accusations de tentatives de fraudes ont été soulevées à cause des retards pris dans les opérations de décompte.

Le candidat de l’opposition (PDP), Atiku Abubakar, a appelé l’INEC à rester neutre et à publier les résultats au plus vite, accusant certains gouverneurs d’essayer de compromettre le processus électoral. De son côté, le Parti travailliste de l’outsider Peter Obi a accusé l’INEC de « refuser de faire remonter les résultats » dans l’Etat de Lagos et celui du Delta (sud-est), évoquant des « pressions » du parti au pouvoir (APC).

MM. Obi et Abubakar font partie du trio de favoris en compétition avec Bola Tinubu, 70 ans, représentant l’APC du président Muhammadu Buhari, au bilan très critiqué, qui se retire comme le veut la Constitution après avoir effectué deux mandats. Considéré comme l’un des hommes les plus influents du pays, cet ancien gouverneur de Lagos a prévenu : cette fois, « c’est mon tour ! ».

L’INEC a reconnu des « problèmes techniques » liés à l’utilisation, pour la première fois dans une élection nationale, de nouvelles technologies de collecte et de centralisation des résultats de quelque 176 000 bureaux de vote. Elle a toutefois assuré que « ces résultats sont en sécurité (…) et ne peuvent pas être falsifiés ».

Le vote s’est globalement déroulé dans le calme, malgré quelques incidents sécuritaires et des couacs logistiques, qui ont provoqué des retards, attisant les craintes de manipulation des votes, alors que les scrutins précédents avaient été entachés par des accusations de fraudes. La star nigériane de la musique, Burna Boy, a lancé un avertissement à l’INEC : « N’essayez pas de faire de la magie avec les résultats ! »

L’outsider Peter Obi, très populaire auprès de la jeunesse, a réussi à s’imposer comme un challenger sérieux face aux deux partis dominant traditionnellement la politique nigériane. Pour être élu dès le premier tour, le vainqueur doit obtenir, outre la majorité des suffrages exprimés, au moins 25 % des voix dans les deux tiers des 36 Etats de la fédération auxquels s’ajoute le territoire d’Abuja. A défaut, un second tour doit avoir lieu dans les vingt et un jours.

Ce scrutin est crucial aussi pour le continent : le Nigeria, qui compte 216 millions d’habitants, devrait devenir en 2050 le troisième pays le plus peuplé au monde, tandis que l’Afrique de l’Ouest est menacée par un fort recul démocratique et la propagation de violences djihadistes. De nombreux Nigérians appellent au changement, écœurés par des décennies de mauvaise gouvernance et une élite vieillissante, réputée corrompue.

Cette élection présidentielle nigériane est cruciale pour le pays et pour le continent africain. Les Nigérians sont impatients de connaître le résultat et espèrent que leur voix sera entendue. La star nigériane de la musique, Burna Boy, a lancé un avertissement à l’INEC : « N’essayez pas de faire de la magie avec les résultats ! ».

Mots-Clés: Nigeria, Atiku Abubakar, Peter Obi, Bola Tinubu, Muhammadu Buhari, Burna Boy, INEC, Ekiti, Lagos, Delta, APC, PDP, LP.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE