mercredi 29 mai 2024
AccueilActualitésGrèves: retraites en danger? Réforme et conséquences

Grèves: retraites en danger? Réforme et conséquences

Syndicalistes et salariés se sont rassemblés le 14 octobre 2022 devant le site de la raffinerie TotalEnergies à Donges, en France, pour manifester leur opposition à la réforme des retraites proposée par Emmanuel Macron. La grève a repris jeudi 26 janvier et se poursuivra jusqu’à vendredi, touchant les raffineries, les centrales électriques, les ports et les docks. Si la réforme est adoptée, elle entraînerait la suppression des régimes spéciaux chez EDF ou Engie, et leurs salariés devraient attendre 64 ans pour toucher leur pension.

Le 31 janvier, tous les secteurs seront touchés par la grève : écoles, fonctionnaires, transports, services… Dans l’énergie, la Confédération générale du travail (CGT) organise des mobilisations supplémentaires et mène des opérations de filtrage à l’entrée des centrales nucléaires, retardant le début du travail pour les équipes de jour. Cela pourrait entraîner des baisses de production dans les centrales et les barrages, mais le grand public ne devrait pas être affecté car Réseau de transport d’électricité (RTE) encadre ces baisses.

Dans les raffineries, l’arrêt des installations n’est pas à l’ordre du jour, mais les expéditions de carburants seront bloquées vers les dépôts. Chez TotalEnergies, la CGT fait état de 100 % de grévistes au dépôt de Flandres (Nord), 80 % à la raffinerie de Normandie, 60 % à la bioraffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône), 50 % à la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique) et 30 % sur le site de Grandpuits (Seine-et-Marne).

Les grévistes organiseront également des actions positives dans l’énergie, notamment des gratuités, des réductions de tarifs et le rétablissement du courant pour les ménages coupés. Des coupures ont eu lieu mercredi sur des parcs éoliens et solaires dans le secteur de Montluçon, revendiquées par la CGT.

La CGT-Pétrole souhaite un « mouvement un petit peu plus dur » et envisage des actions locales avec les salariés des infrastructures portuaires. La fédération CGT des ports et docks a appelé à une grève de vingt-quatre heures jeudi.

Le ministre du travail Olivier Dussopt a déclaré que les blocages qui seraient pénalisants pour l’ensemble des Français ne sont pas acceptés et qu’ils seraient considérés comme un « délit ».

Mots-Clés: Olivier Dussopt, TotalEnergies, CGT, Donges, Flandres, Normandie, La Mède, Grandpuits, Montluçon.

articles similaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

aujourd'hui
POPULAIRE