mardi 5 mars 2024

Violente agression d’une adjointe au maire de Saint-Denis

Violentes agressions contre les élus : condamnation et indignation

Une adjointe au maire de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) a été violemment frappée dans la rue, mercredi 20 décembre, dans un contexte de hausse des violences contre les élus.

Une agression violente et lâche

Vers 21h30 mercredi, la 6e adjointe au maire de Saint-Denis, Oriane Filhol, sortait d’une réunion de travail lorsqu’elle s’est sentie suivie dans la rue par plusieurs hommes. La chargée des questions de solidarité des droits des femmes pour la municipalité a subi une balayette avant d’être frappée à coups de pied dans la tête et au corps. Ses agresseurs ont pris la fuite.

Une enquête en cours

Si le motif de l’agression n’est « pas clairement établi » en l’état, selon une source policière, l’attaque pourrait être liée à son statut d’élue, ce qui est une circonstance aggravante en droit pénal. Une plainte a été immédiatement déposée et l’enquête en cours permettra de déterminer les motifs exacts de cette agression, qui semble être étroitement liée à son engagement d’élue, selon un communiqué de la municipalité. En raison de la sensibilité de l’enquête, elle a été confiée par le parquet de Bobigny au service spécialisé de la sûreté territoriale. Aucune interpellation n’avait eu lieu à la mi-journée.

Indignation et solidarité politique

L’agression de l’adjointe au maire a suscité de nombreuses réactions de solidarité et d’indignation dans les sphères politiques. Le député de la circonscription, Stéphane Peu (PCF), a dénoncé un « acte odieux ». La maire de la ville voisine d’Aubervilliers, Karine Franclet (UDI), a estimé que « un élu attaqué, c’est la République qui est blessée », tandis que son homologue de Saint-Ouen, Karim Bouamrane (PS), s’est dit « sous le choc ». Une manifestation de soutien se tiendra vendredi à 18h30 devant la mairie de Saint-Denis.

Une situation de plus en plus préoccupante

Les violences contre les élus sont un sujet sensible qui a pris de l’ampleur ces derniers mois. Selon le ministère de l’intérieur, les agressions envers les élus devraient augmenter de 15 % en 2023, après une hausse de 32 % en 2022.

Mots-clés:

Violences, élus, agression, Saint-Denis, Seine-Saint-Denis, indignation, enquête, réactions, manifestation, préoccupant, ministère de l’intérieur

articles similaires
Articles Récents