vendredi 1 mars 2024

Un terroriste russe radicalisé tue un enseignant dans un lycée d’Arras : la vidéo de revendication choc !

Attaque au couteau à Arras : un enseignant tué et le lien avec une mobilisation passée réfuté par La Cimade

Le lundi 16 octobre, un enseignant a été tué lors d’une attaque au couteau dans un lycée à Arras, dans le Pas-de-Calais. Selon une source proche du dossier, l’auteur de cette attaque, Mohammed Mogouchkov, aurait publié une vidéo de revendication avant de passer à l’acte. Agé de 20 ans et de nationalité russe, il était fiché pour radicalisation islamiste. Dans cette vidéo, il revendique son geste en se référant à l’organisation Etat islamique (EI) et fait une allusion mineure à l’attaque du Hamas en Israël.

Après 96 heures de garde à vue, Mohammed Mogouchkov doit être présenté à un juge d’instruction antiterroriste en vue d’une éventuelle mise en examen. Celle-ci fait suite à une enquête ouverte par le Parquet national antiterroriste (PNAT) pour assassinat et tentative d’assassinat. Au total, onze personnes étaient en garde à vue, dont trois ont été libérées par la suite, selon une source policière.

Dans cette affaire, aucune information n’a été donnée sur le nombre de suspects qui pourraient être présentés aux magistrats antiterroristes. Le procureur national antiterroriste, Jean-François Ricard, tiendra une conférence de presse au tribunal judiciaire de Paris le mardi 17 octobre à 14 heures, afin de faire le point sur l’enquête en cours.

Par ailleurs, la Cimade, une association de défense des droits des étrangers, a réfuté toute relation entre l’assassinat de l’enseignant et la mobilisation d’associations il y a dix ans contre l’expulsion de la famille de l’assaillant. Dans un communiqué, elle a déclaré que plusieurs responsables politiques et médiatiques, d’extrême droite ou non, ont mis en cause les associations et les élus locaux mobilisés en 2014 contre l’expulsion de la famille de l’attaquant. La Cimade refuse de faire le lien entre ce drame et la mobilisation intervenue il y a dix ans au nom du respect des droits de cette famille.

La famille de Mohammed Mogouchkov est arrivée en France en 2008, lorsque l’attaquant avait seulement 5 ans. Il est né en 2003 à Malgobek, dans la république russe d’Ingouchie, située à côté de la Tchétchénie et majoritairement musulmane. Après que leur demande d’asile ait été refusée, la famille a fait l’objet d’une procédure d’expulsion collective vers la Russie en 2014. Cette procédure a suscité une mobilisation de nombreuses associations de défense des étrangers, dont la Cimade, ainsi que des militants communistes.

Par ailleurs, La Cimade a également réfuté l’idée d’un lien automatique entre personnes étrangères, délinquance et terrorisme, en réponse à un groupe d’ultra-droite qui a revendiqué avoir vandalisé le portail d’un local du Parti communiste à Rennes. Ce groupe accusait le parti de soutenir « les assassins islamistes ».

Mots-clés : attaque au couteau, enseignant tué, lycée Gambetta, Arras, Pas-de-Calais, vidéo de revendication, Mohammed Mogouchkov, radicalisation islamiste, organisation Etat islamique, attaque du Hamas en Israël, Parquet national antiterroriste, garde à vue, police judiciaire, direction générale de la sécurité intérieure, juge d’instruction antiterroriste, mise en examen, magistrat antiterroriste, procureur national antiterroriste, conférence de presse, tribunal judiciaire de Paris, Cimade, famille d’assaillant, expulsions de familles, procédure d’expulsion, droits des étrangers, militantisme, groupuscule d’ultradroite, Parti communiste, lien entre personnes étrangères et terrorisme

articles similaires

Articles Récents