mardi 25 juin 2024
AccueilSociétéScandale à Paris : Interdiction choquante des distributions alimentaires dans le quartier...

Scandale à Paris : Interdiction choquante des distributions alimentaires dans le quartier des migrants !

La préfecture de police de Paris (PP) a récemment pris un arrêté interdisant les distributions alimentaires dans un quartier du nord de Paris, où se trouvent des campements de migrants et des sans-abri. Cette décision a rapidement suscité la colère des associations qui viennent en aide à ces personnes en situation précaire.

L’arrêté, signé par le préfet Laurent Nuñez et entré en vigueur le 10 octobre, prévoit une interdiction des distributions alimentaires pour une durée d’un mois. Cette interdiction concerne spécifiquement un secteur délimité des 10e et 19e arrondissements de Paris, comprenant neuf artères dans le quartier populaire entourant les stations de métro Stalingrad et Jaurès.

La préfecture de police justifie cette mesure en expliquant que les distributions alimentaires récurrentes dans ce quartier entraînent une augmentation de la population bénéficiaire de ces opérations et contribuent à la création de campements dans le secteur du boulevard de la Villette, où se concentrent des migrants, des personnes droguées et des sans-abri. Selon la PP, ce quartier est devenu un point de fixation pour ces campements.

La PP évoque également les attroupements, les débordements sur la voirie, les échauffourées et la présence de toxicomanes comme des troubles à l’ordre public justifiant cette interdiction. Cependant, les associations visées contestent ces arguments, soulignant qu’il n’y a jamais eu d’incidents sur leurs sites de distribution.

Philippe Caro, un responsable du collectif Solidarité Migrants Wilson, estime que cette interdiction complique la vie des associations et des personnes en situation de précarité, sans jamais résoudre leurs problèmes. Il voit également dans cette mesure une volonté de déplacer le problème, en prétendant utiliser la présence de toxicomanes comme prétexte pour expulser tout le monde avant l’arrivée des Jeux olympiques à Paris.

Samuel Coppens, de l’Armée du Salut, réagit également en déplorant que ce sont une fois de plus les personnes les plus vulnérables qui vont souffrir de cette interdiction. Selon lui, entre 200 et 500 personnes par jour vont être privées de nourriture à cause de cette décision.

De son côté, l’association Utopia 56, qui intervient auprès des exilés à la rue, dénonce un schéma similaire à celui mis en place à Calais, où des arrêtés similaires sont régulièrement pris depuis 2020. Selon eux, cette interdiction décidée le 10 octobre, journée internationale de lutte contre le sans-abrisme, est révélatrice de la politique anti-SDF menée par l’État.

Il est important de souligner que l’arrêté pris par la préfecture de police de Paris a suscité de vives réactions de la part des associations et de nombreuses personnes sensibles à la condition des migrants et des sans-abri. De nombreux rassemblements et actions de solidarité ont été organisés pour dénoncer cette mesure et soutenir les personnes affectées par cette interdiction.

Mots-clés: Préfecture de police de Paris, arrêté interdisant les distributions alimentaires, quartier du nord de Paris, campements de migrants, sans-abri, associations, préfet Laurent Nuñez, secteur délimité, artères, métro Stalingrad, métro Jaurès, boulevard de la Villette, troubles à l’ordre public, collectif Solidarité Migrants Wilson, Armée du Salut, Utopia 56, Calais, journée internationale de lutte contre le sans-abrisme.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE