vendredi 24 mai 2024
AccueilSociétéAlarmante méconnaissance des fractions à l'entrée en sixième : situation critique dans...

Alarmante méconnaissance des fractions à l’entrée en sixième : situation critique dans l’éducation nationale

Titre: L’inquiétante mécompréhension des nombres et des fractions à l’entrée en sixième

Le conseil scientifique de l’éducation nationale a récemment publié une note d’alerte mettant en évidence l’inquiétante mécompréhension des nombres et surtout des fractions chez les élèves à l’entrée en sixième. Selon les données statistiques du ministère de l’éducation nationale, seuls 50% des élèves trouvent la bonne réponse à la question « combien y a-t-il de quarts d’heures dans ¾ d’heure ? » et seulement 22% placent correctement la fraction ½ sur une ligne graduée de 0 à 5.

Cette constatation alarmante a conduit le conseil scientifique, dirigé par le neuropsychologue Stanislas Dehaene, à conclure que la plupart des élèves ignorent le sens des fractions les plus simples à leur entrée en sixième. De plus, aucune évolution positive n’a été détectée depuis trois ans et ce déficit de compréhension des fractions persiste tout au long de la scolarité, avec un taux d’échec de 45% sur les fractions simples en seconde.

Cette situation soulève plusieurs interrogations, notamment sur les raisons qui ont conduit à ce constat, qui selon les enseignants interrogés, n’est pas une nouveauté. L’une des explications les plus avancées est l’introduction tardive de ces concepts parmi les plus difficiles du programme de primaire. En effet, selon les préconisations ministérielles, les nombres décimaux devraient être enseignés à partir du mois de novembre de l’année de CM1. Cependant, seulement 6% des classes respectent cette recommandation, selon un rapport de l’inspection générale sur le cours moyen datant d’avril 2022.

Dans la moitié des classes, l’apprentissage des nombres à virgule ne débute qu’à partir de fin mars, voire en mai ou en juin dans 28% des classes. Cette situation laisse donc très peu de temps aux élèves, en particulier les plus fragiles, pour assimiler ces nouveaux nombres. Certains enseignants préfèrent en effet s’assurer que les grands nombres, les additions et les soustractions sont acquis avant d’aborder les nombres décimaux, ce qui crée un déséquilibre dans les apprentissages.

Pour remédier à cette situation, le rapport « 21 mesures pour l’enseignement des mathématiques » publié en 2018, en collaboration avec le mathématicien Cédric Villani, a conduit à la mise en place d’un plan mathématiques axé sur la formation continue des enseignants. Près de 160 000 professeurs des écoles ont ainsi été formés par petits groupes depuis 2018 et 1 800 référents mathématiques ont été nommés dans l’ensemble des académies. Des outils et des repères de progression sur l’ensemble du programme ont également été produits pour accompagner les enseignants dans leur enseignement des mathématiques.

En conclusion, l’inquiétante mécompréhension des nombres et des fractions chez les élèves à l’entrée en sixième est un problème récurrent et persistant dans le système éducatif français. Des mesures ont été mises en place pour remédier à cette situation, notamment en favorisant la formation continue des enseignants. Cependant, il est essentiel de poursuivre les efforts pour améliorer l’enseignement des mathématiques dès le primaire afin de permettre aux élèves de mieux maîtriser les notions de nombres et de fractions.

Mots-clés: conseil scientifique, éducation nationale, nombres, fractions, élèves, compréhension, enseignants, mathématiques, programme, primaire, enseignement, plan mathématiques, formation continue, professeurs des écoles, référents mathématiques.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE