mardi 5 mars 2024

Corée du Nord : Nouveau lancement de satellite espion militaire, menace pour la paix mondiale !

Mots-clés : Kim Jong-un, Fumio Kishida, Corée du Nord, satellite, lancement, fusée, missiles balistiques, résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, violations, mesure préventive, anniversaire de la fondation du régime, Ulchi Freedom Shield, armes nucléaires, menaces, exercices militaires conjoints, attaques informatiques, Joe Biden, Yoon Suk-yeol, sommet, canal de communication d’urgence.

Dans une photo fournie par le gouvernement nord-coréen, le dirigeant Kim Jong-un est représenté visitant un marais en cours de restauration à Nampho, en Corée du Nord, le 21 août 2023. Cette image reflète l’importance accordée par le leader nord-coréen à la préservation de l’environnement et au développement durable de son pays.

Le premier ministre japonais, Fumio Kishida, a annoncé que la Corée du Nord avait informé son gouvernement du lancement prochain d’un satellite. Ce lancement suscite des inquiétudes, notamment de la part du Japon et des États-Unis, qui soupçonnent Pyongyang de chercher à développer un nouveau missile balistique intercontinental, utilisant des technologies similaires à celles d’un lanceur de satellites.

Le gouvernement japonais a pris des mesures préventives en émettant une alerte concernant un « lancement de fusée satellite » entre le 24 et le 31 août dans trois zones de danger : la mer Jaune, la mer de Chine orientale et les eaux situées à l’est de l’île de Luçon, aux Philippines. Il appelle également la Corée du Nord à annuler ce lancement.

La Corée du Nord considère le développement d’un satellite espion militaire comme une priorité pour faire face aux actions militaires qu’elle juge dangereuses de la part des États-Unis et de leurs alliés. Cependant, cette stratégie est vivement critiquée par la communauté internationale, qui estime qu’elle viole les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU interdisant à la Corée du Nord de développer des missiles balistiques.

Suite à une première tentative de lancement en mai qui s’était soldée par un échec, la Corée du Nord s’apprête à réitérer sa tentative avant le 75e anniversaire de la fondation du régime, le 9 septembre. Les autorités sud-coréennes ont réagi en soulignant que ce lancement serait une violation flagrante des résolutions de l’ONU et un acte illégal.

Les relations entre les deux Corées et le Japon se sont tendues ces derniers jours en raison du lancement du satellite et des manœuvres militaires conjointes menées actuellement par les États-Unis et la Corée du Sud. Ces exercices, appelés « Ulchi Freedom Shield », sont perçus par la Corée du Nord comme une provocation agressive.

L’agence de presse officielle nord-coréenne, KCNA, a condamné ces exercices militaires, les considérant comme une menace nucléaire. Elle a également averti que la possibilité d’une guerre thermonucléaire dans la péninsule coréenne deviendrait plus réaliste si ces exercices se transformaient en provocation nucléaire.

Les tensions entre les pays de la région ne se limitent pas aux exercices militaires. Des attaques informatiques attribuées à des pirates nord-coréens ont été rapportées ces derniers jours, visant des entreprises sud-coréennes travaillant pour les armées sud-coréenne et américaine.

Face à cette situation préoccupante, le président américain Joe Biden a récemment rencontré le premier ministre japonais et son homologue sud-coréen lors d’un sommet autonome à Camp David. Les dirigeants des trois pays ont annoncé la mise en place d’un programme d’exercices militaires conjoints sur plusieurs années et la création d’un canal de communication d’urgence au plus haut niveau pour faire face à la menace nord-coréenne.

Mots-clés : Kim Jong-un, Fumio Kishida, Corée du Nord, satellite, lancement, fusée, missiles balistiques, résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, violations, mesure préventive, anniversaire de la fondation du régime, Ulchi Freedom Shield, armes nucléaires, menaces, exercices militaires conjoints, attaques informatiques, Joe Biden, Yoon Suk-yeol, sommet, canal de communication d’urgence.

articles similaires
Articles Récents