mercredi 29 mai 2024
AccueilInternationalAfriqueLe Niger face à l'immense défi de l'état civil: comment réussir?

Le Niger face à l’immense défi de l’état civil: comment réussir?

Dans la région de Tillabéri, au Niger, quatre enfants sur dix ne sont pas inscrits à l’état civil à leur naissance. C’est le cas de Nadia Salou, 12 ans, de sa sœur Zeneba, 9 ans, et de leur petit frère Abdoulkarim, 4 ans. Leur mère Aïchata Hassan a accouché à domicile et les soixante jours légaux pour déclarer ses enfants à l’état civil sont passés.

Les incursions djihadistes se sont multipliées dans la région et Aïchata a décidé de fuir avec ses enfants. Ils ont marché jusqu’à la commune voisine de Sakoira, à une trentaine de kilomètres, où ils ont été inscrits à l’école. Mais au moment d’inscrire Nadia à l’examen d’accès en 6e, Aïchata s’est heurtée à un obstacle : sans acte de naissance, pas de concours possible.

L’état civil est un défi immense pour le Niger, pays parmi les plus pauvres au monde. Des actions sont mises en place pour inverser la tendance : organisation d’audiences foraines, opérations de sensibilisation, informatisation du secteur, campagnes avec des ONG… Le taux d’enregistrement des enfants à la naissance dans les délais est aujourd’hui de 60 %, contre seulement 30 % en 2007.

Cependant, les populations, surtout dans les villages de brousse, ne sont pas encore dans la logique de systématiser l’enregistrement. Or, les besoins sont légion : pour inscrire un enfant à l’école, pour accéder à la justice, pour bénéficier d’une bourse, pour ouvrir un compte en banque, pour voter, ou tout simplement pour passer un contrôle de police, une carte d’identité est demandée.

Katoumi Youssou, une productrice d’oignons de Sakoira, n’a jamais eu de papiers. Sans eux, elle doit payer les militaires à chaque fois qu’elle veut passer un poste de contrôle. Elle attend donc la prochaine audience foraine pour être régularisée. Malgré tout, elle est fière de sa « nigériennité » : « Je n’ai pas de document, mais je reste nigérienne, personne ne peut me dire le contraire ! »

Mots-Clés: Nadia Salou, Zeneba, Abdoulkarim, Aïchata Hassan, Tillabéri, Niger, Djihadistes, Sakoira, Idrissa Illiassou, Ibrahim Malangoni, Jan Egeland, Katoumi Youssou.

articles similaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

aujourd'hui
POPULAIRE