vendredi 24 mai 2024
AccueilÉconomieUne épidémie mortelle de MHE frappe les élevages de Blonde d'Aquitaine, mettant...

Une épidémie mortelle de MHE frappe les élevages de Blonde d’Aquitaine, mettant en danger l’économie bovine !

La maladie hémorragique épizootique continue sa propagation dans le Sud-Ouest de la France, touchant désormais un élevage de Blonde d’Aquitaine à Hélette (Pyrénées-Atlantiques). Ugo Arbelbide, le propriétaire de l’élevage, avait détecté le premier cas de cette pathologie jusqu’alors inexistante en France le mercredi 11 octobre. Depuis lors, le nombre de foyers recensés par le ministère de l’agriculture a quasiment doublé en une semaine pour atteindre 2 019. De plus, le nombre de départements touchés est passé de huit à onze.

Cette maladie virale, qui ne se transmet pas aux humains mais qui affecte les ruminants, est déjà bien connue aux Etats-Unis. Elle a fait son apparition en Europe il y a un an, d’abord en Sicile, en Sardaigne et en Andalousie, avant de se propager en Espagne puis de traverser les Pyrénées pour atteindre la France. La transmission du virus se fait uniquement par le biais de moucherons piqueurs.

Face à cette situation, le ministère de l’agriculture a rapidement mis en place des restrictions de mouvement pour les animaux situés dans un rayon de 150 kilomètres autour d’un élevage infecté. Un protocole a été mis en place pour permettre la circulation des bovins jugés sains dans le pays, après avoir été désinsectisés. De plus, le gouvernement a oeuvré à la réouverture des marchés espagnol et italien, ce qui a été accueilli avec soulagement par la filière bovine qui redoutait une baisse des prix des animaux.

Cependant, ces mesures ne suffisent pas à compenser les conséquences sanitaires sur les troupeaux touchés par la maladie. Les éleveurs ont besoin du soutien de l’Etat pour faire face aux frais vétérinaires, qui peuvent atteindre jusqu’à 300 euros par animal. De plus, chaque broutard doit être testé avant d’être vendu, ce qui représente près de 50 euros par test. Pour Ugo Arbelbide, l’éleveur basque touché par cette maladie, l’enjeu économique est lourd et il demande un plan d’aide de l’Etat.

Mots-clés: maladie hémorragique épizootique, élevage de Blonde d’Aquitaine, Ugo Arbelbide, Hélette, Pyrénées-Atlantiques, ministère de l’agriculture, foyers de MHE, restrictions de mouvement, transmission du virus, moucherons piqueurs, protocole de circulation, marchés espagnol et italien, filière bovine, prix des animaux, frais vétérinaires, plan d’aide de l’Etat.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE