dimanche 21 avril 2024
AccueilÉconomieLe scandale de l'arnaque alimentaire : les marques se moquent de nous...

Le scandale de l’arnaque alimentaire : les marques se moquent de nous en période d’inflation !

L’inflation et la cheapflation : pratiques des industriels dénoncées

Mercredi 7 février, l’association de défense des consommateurs Foodwatch a dénoncé six produits de grandes marques dont la composition a été altérée tandis que leurs prix augmentaient, souvent à l’insu des consommateurs en période d’inflation.

Cheapflation : une pratique dénoncée

La pratique de « cheapflation », contraction de « cheap » (bon marché) et « inflation », consiste à réduire des ingrédients, les supprimer ou les remplacer par des substituts moins chers ou de moindre qualité. Foodwatch évoque ainsi les bâtonnets de surimi Fleury Michon, qui comprennent 11 % de chair à poisson en moins alors que le prix au kilo a augmenté de 40 % entre 2021 et 2023.

Pratiques remontant jusqu’en 2016

Foodwatch a identifié des exemples de cheapflation remontant jusqu’en 2016, bien avant le début de la hausse des prix alimentaires. Selon l’association, l’inflation pourrait avoir encouragé les industriels à recourir à ces pratiques.

Interpellation des fabricants

Foodwatch a interpellé les fabricants, qui justifient généralement ces changements par une hausse du prix des matières premières en période d’inflation. Toutefois, pour Foodwatch, cela n’excuse en rien l’opacité sur les changements de recette ou de format, ni la hausse des prix qui y est corrélée. L’association a également dénoncé la « shrinkflation », ou « réduflation ».

Projet de lutte contre la shrinkflation

Le gouvernement travaille à un projet d’arrêté contraignant d’ici au mois de mars les supermarchés à expliciter davantage la pratique de la shrinkflation des fabricants, agro-industriels ou distributeurs, consistant à réduire les quantités des produits vendus plutôt que d’augmenter significativement les prix.

Ralentissement de la hausse des prix de l’alimentation

Les prix de l’alimentation, principal moteur de l’inflation en 2023, ont amorcé depuis un ralentissement, avec une hausse de 5,7 % sur un an en janvier 2024. Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a affirmé que « un quart des prix » allaient « baisser sur les pâtes, sur les huiles, sur le café » et prédit une hausse sous les 2 % dans les semaines ou mois à venir.

Mots-clés:

Foodwatch, cheapflation, inflation, shrinkflation, hausse des prix, fabrication alimentaire, consommateurs, matières premières, supermarchés, gouvernement, Bruno Le Maire.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE