mardi 5 mars 2024

Vague de destructions terroristes en Corse : Interpellation de 8 membres de la jeunesse clandestine corse GCC!

Les autorités ont donc pris au sérieux les revendications du mouvement Ghjuventu Clandestina Corsa et ont lancé une vaste opération pour démanteler ce groupe clandestin. L’acronyme GCC, inscrit en graffiti sur le mur d’un projet immobilier à Bastelicaccia en Corse, a été le point de départ des investigations.

Selon les informations fournies par le procureur d’Ajaccio, Nicolas Septe, huit personnes soupçonnées d’appartenir à ce mouvement ont été interpellées sur l’île. Ces interpellations ont été réalisées simultanément, avec cinq arrestations en Corse-du-Sud et trois en Haute-Corse. D’après des sources proches du dossier, l’opération est menée sous l’autorité d’un juge d’instruction antiterroriste de Paris.

Un détail important à souligner est que ces interpellations ont été réalisées dans le cadre d’une information judiciaire pour des faits qualifiés de terroristes. Le Parquet national antiterroriste a lui-même confirmé les arrestations et les qualifications retenues. Il semblerait donc que les actes revendiqués par le GCC soient considérés comme des actes de terrorisme.

Depuis un an et demi, la Corse a été le théâtre de plusieurs attaques visant des résidences, principalement secondaires. Des incendies criminels et des charges explosives ont été utilisés comme moyens de destruction. Les revendications nationalistes, fortes dans cette région, ont été évoquées par les autorités comme potentielles motivations derrière ces actes.

Au début du mois de février, le GCC avait annoncé sa création et revendiqué dix-sept actions contre des résidences secondaires, des immeubles en construction, des entreprises du bâtiment et des établissements touristiques. Il semblerait donc que les actes revendiqués par ce groupe aient été ciblés et organisés.

Il est important de souligner que les attaques contre des biens immobiliers ne sont pas rares en Corse. Depuis de nombreuses années, des tensions entre nationalistes et opposants à l’indépendance ont fait de cette île un terrain propice aux revendications et aux manifestations. Cependant, les actes revendiqués par le GCC sont d’une ampleur et d’une organisation sans précédent.

L’arrestation de ces huit personnes soupçonnées d’appartenir au GCC marque donc une avancée significative dans l’enquête sur ces actes de destruction. Les autorités sont désormais en possession de pistes solides pour remonter jusqu’à l’ensemble du groupe. Il faudra maintenant attendre les résultats des interrogatoires et des investigations pour comprendre plus en détail l’origine et les motivations de ce mouvement clandestin.

Mots-clés: graffiti, GCC, Ghjuventu Clandestina Corsa, Bastelicaccia, Corse, 10 février 2023, huit personnes, interpellées, mouvement clandestin, Corse-du-Sud, Haute-Corse, juge d’instruction antiterroriste, Parquet national antiterroriste, résidences secondaires, incendies criminels, charges explosives, révendications nationalistes, actions, immeubles en construction, entreprises du bâtiment, établissements touristiques, tensions nationalistes, arresations.

articles similaires
Articles Récents