mardi 28 mai 2024
AccueilSociétéUn suicide à l'origine de la relaxe de harceleurs présumés !

Un suicide à l’origine de la relaxe de harceleurs présumés !







La relaxe des accusés de harcèlement après le suicide de Lucas : le parquet général de Nancy et la famille se pourvoient en cassation

La relaxe des accusés de harcèlement après le suicide de Lucas

Le parquet général de Nancy et la mère de Lucas, qui s’est suicidé en janvier dernier dans les Vosges, ont annoncé à l’Agence France-Presse (AFP), lundi 13 novembre, se pourvoir en cassation après la relaxe des quatre collégiens accusés d’avoir harcelé l’adolescent.

« Le parquet général a formé un pourvoi en cassation » , a simplement annoncé une porte-parole du parquet général de la cour d’appel de Nancy.

La relaxe des quatre mineurs avait entraîné le rejet de la demande de dommages et intérêts formulée par la famille de Lucas. Son avocate, Catherine Faivre, a précisé avoir formé un pourvoi sur les dispositions civiles.

Une décision judiciaire qui suscite la controverse

La cour d’appel de Nancy a relaxé, le 6 novembre, les quatre adolescents poursuivis pour des faits de « harcèlement ayant entraîné le suicide » de Lucas.

En première instance, le tribunal avait reconnu les quatre mineurs coupables de harcèlement , mais sans retenir le lien de causalité entre ces faits et le suicide de Lucas.

La cour d’appel, dans sa décision, a relevé le caractère « odieux » de propos qui avaient été tenus par les prévenus, deux garçons et deux filles, « entre le 1er septembre 2022 et début octobre 2022 » , mais elle souligne « l’absence d’effet démontré » de ces propos « sur la santé mentale de Lucas » , et pointe l’absence de « lien de causalité » avec le suicide du collégien, survenu plusieurs semaines plus tard, le 7 janvier 2023.

Une réalité vécue par les victimes de harcèlement scolaire

Cette décision avait constitué « un choc » pour la mère de Lucas, selon M e  Faivre. « Le système judiciaire aujourd’hui ne répond pas à la réalité vécue par les victimes de harcèlement scolaire qu’il convient de protéger » , avait-elle déploré.

Lucas, 13 ans, s’était suicidé le 7 janvier après avoir écrit un mot exprimant sa volonté de mettre fin à ses jours. Ses proches avaient dénoncé des faits de harcèlement, révélant les moqueries et les insultes à caractère homophobe dont l’adolescent s’était dit victime de la part d’élèves de son collège.

Une mobilisation en mémoire du jeune garçon

Ce drame avait soulevé une vague d’émotion et suscité plusieurs réactions politiques. « Quand un enfant met fin à ses jours, il n’y a pas de mots pour dire le chagrin, la douleur » , avait déclaré au Sénat Pap Ndiaye, alors ministre de l’éducation nationale, visiblement ému.

A Epinal, début février, plusieurs centaines de personnes avaient participé à une marche blanche en mémoire du jeune garçon.

Mots-clés:

parquet général, Nancy, relaxe, harcèlement, suicide, cassation, cour d’appel, Vosges, collégiens, pourvoi, dommages et intérêts, Catherine Faivre, décision judiciaire, victimes, système judiciaire, harcèlement scolaire, mobilisation, Pap Ndiaye, émotion, réactions politiques, Epinal, marche blanche


articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE