vendredi 21 juin 2024
AccueilSociétéProfesseure tuée à Saint-Jean-de-Luz : le suspect mis en examen

Professeure tuée à Saint-Jean-de-Luz : le suspect mis en examen

Le 22 février, un adolescent de 16 ans, dont le nom et le prénom ne sont pas révélés, a poignardé à mort sa professeure d’Espagnol, Agnès Lassalle, à Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques). Le jeune homme a été mis en examen pour « assassinat » et placé en détention provisoire. Il sera incarcéré « dans un lieu dont la destination doit être tenue confidentielle », a précisé son avocat, Me Thierry Sagardoytho.

Le procureur de la République de Bayonne, Jérôme Bourrier, a déclaré lors d’une conférence de presse que le premier examen psychiatrique de l’adolescent révélait « une forme d’anxiété réactionnelle pouvant perturber son discernement » et « des éléments de dépression évoluant depuis une année », mais « aucune maladie mentale de type schizophrénie, état maniaque, mélancolie ou retard mental, ni décompensation psychiatrique aiguë ». « L’adolescent apparaît accessible à une responsabilité pénale sous réserve des expertises qui devront être ordonnées et d’une possible altération de son discernement », avait ajouté le procureur.

Me Sagardoytho a souligné que cette expertise « fait totalement l’impasse sur la tentative de suicide » de l’adolescent en octobre 2022, évoquée par le procureur, « et les prescriptions médicales dont il était l’objet ». « Ceux qui connaissent [l’adolescent] devinent qu’il y a une problématique », « une sorte de noyade, de souffrance intime qui a pu mener à l’irréparable », a-t-il poursuivi.

Le geste qui a conduit à la mort d’Agnès Lassalle s’est déroulé vers 9 h 45 dans une salle de classe du collège-lycée Saint-Thomas-d’Aquin lors d’un cours d’espagnol. Le suspect se serait levé en plein cours, « s’est saisi d’un rouleau de sopalin », puis s’est « approché de la porte de la classe qu’il a verrouillée ». Il s’est ensuite dirigé vers sa professeure et a sorti « un couteau de cuisine avec une lame de dix-huit centimètres », avec lequel il a porté un coup à l’enseignante au niveau de la poitrine. Le geste, selon les témoins présents sur place, a été « rapide, fluide et sans hésitation ».

Selon les premiers éléments de l’enquête, le suspect aurait par ailleurs été affecté par une dispute la veille avec un camarade et aurait fait état de quelqu’un qui aurait pris possession de son corps. De plus, il aurait été victime de harcèlement dans son précédent établissement et avait réalisé une tentative de suicide médicamenteuse en octobre 2022.

Cet événement tragique soulève la question de la prise en charge des jeunes en difficulté. Le jeune homme en question était inconnu des radars judiciaires et éducatifs et ses motivations personnelles nécessitent d’être sondées par des psychiatres afin de déterminer si son discernement était « entier », ou « au contraire aboli, ou éventuellement altéré ». Il est important de veiller à ce que les jeunes en difficulté bénéficient d’une prise en charge adéquate et d’une écoute attentive afin de prévenir de tels drames.

Mots-Clés: Agnès Lassalle, Saint-Jean-de-Luz, Jérôme Bourrier, Thierry Sagardoytho, Harcèlement, Tentative de Suicide, Discernement.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE