samedi 20 juillet 2024
AccueilSociétéNouveau scandale : la justice protège les gendarmes responsables de la mort...

Nouveau scandale : la justice protège les gendarmes responsables de la mort d’Adama Traoré !

Mots-clés: Adama Traoré, non-lieu, violences policières, forces de l’ordre, justice, mobilisation, Assa Traoré, quartiers, gendarmes, interpellation, rébellion, menottes, placage ventral, technique d’interpellation, asphyxie, Yassine Bouzrou, auditions.

Titre: Une marche contre les violences policières après la mort d’Adama Traoré lors de son arrestation à Beaumont-sur-Oise

Le jeudi 30 août, les juges d’instruction chargés de l’enquête sur la mort d’Adama Traoré ont rendu une ordonnance de non-lieu, concluant ainsi que les gendarmes responsables de son interpellation à Beaumont-sur-Oise en juillet 2016 n’avaient pas commis de violences illégitimes. Cette décision marque une étape importante dans l’affaire qui a suscité de vives réactions et mobilisation autour de la question des violences policières en France.

La mort d’Adama Traoré en juillet 2016 a été le point de départ d’un long combat judiciaire et médiatique pour sa famille, en particulier sa sœur Assa Traoré, devenue une figure emblématique de la lutte contre les violences policières dans les quartiers. L’enquête a été marquée par plusieurs rebondissements et controverses, mettant en évidence les problèmes inhérents au fonctionnement des forces de l’ordre et de la justice.

Les faits remontent au 19 juillet 2016, lorsqu’une patrouille de gendarmerie a tenté de contrôler Adama Traoré et son frère Bagui, recherché pour vol avec violence. Adama a pris la fuite et a réussi à échapper à une première tentative d’interpellation dans un jardin public. Il a été retrouvé plus tard, caché dans un appartement, grâce à l’aide d’un habitant paniqué par son irruption avec des menottes.

Les gendarmes ont rapporté une interpellation difficile, notant la résistance d’Adama à être menotté et son comportement violent à l’intérieur de l’appartement. Ils ont utilisé la technique du placage ventral pour le maîtriser, ce qui a été fortement contesté et jugé asphyxiant. L’avocat de la famille Traoré, Yassine Bouzrou, a souligné ces violences lors de la procédure, se basant sur les premières auditions des gendarmes.

Malgré ces éléments, les juges d’instruction ont conclu à l’absence de violences volontaires illégitimes de la part des gendarmes et à leur non-assistance à personne en péril. Cette décision a suscité une grande indignation et a relancé le débat sur les violences policières en France.

La mobilisation en soutien à la famille Traoré et contre les violences policières ne s’est pas estompée malgré cette ordonnance de non-lieu. Des marches et des rassemblements ont eu lieu dans plusieurs villes de France pour dénoncer ces abus. La lutte contre les violences policières reste donc un enjeu majeur de société.

Mots-clés: Adama Traoré, non-lieu, violences policières, forces de l’ordre, justice, mobilisation, Assa Traoré, quartiers, gendarmes, interpellation, rébellion, menottes, placage ventral, technique d’interpellation, asphyxie, Yassine Bouzrou, auditions.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE