vendredi 21 juin 2024
AccueilSociétéLe scandale du nouveau centre de rétention de Lyon: agressions, trafics de...

Le scandale du nouveau centre de rétention de Lyon: agressions, trafics de drogue et tentatives de suicide révélés par une députée européenne!

Visite surprise de Sylvie Guillaume au Centre de Rétention Administrative (CRA) de Lyon

Le CRA de Lyon, ouvert depuis un an près de l’aéroport Saint-Exupéry, rencontre de sérieux problèmes humanitaires. En effet, Sylvie Guillaume, députée européenne, a découvert ces problèmes lors de sa visite surprise le vendredi 3 mars. Elle a appris que l’association Forum réfugiés avait suspendu son activité plusieurs fois depuis le début de l’année en raison de l’insécurité, et que des soins médicaux étaient désormais assurés par une entreprise privée car les HCL ne parviennent pas à recruter le personnel médical due à la stigmatisation que subit le lieu.

Le personnel du CRA, chargé d’assister une population en transit, a l’impression d’exercer en milieu carcéral sans les moyens de l’administration pénitentiaire et sous la pression constante de comportements imprévisibles. « Le ministre de l’intérieur a donné consigne de placer systématiquement en rétention les personnes interpellées sur des critères de trouble à l’ordre public, ce qui provoque un changement profond du public concerné », a constaté Sylvie Guillaume membre de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen.

Le CRA de Lyon, qui compte 140 places, a accueilli 32% de sortants de prison en 2022, un record. Le personnel se retrouve face à une sociologie explosive mêlant délinquants, toxicomanes et migrants en perdition. Les policiers ont punaisé dans la salle de contrôle les profils jugés les plus dangereux, comme un ancien détenu fiché S et un individu présentant des troubles psychologiques. Les interactions ont changé avec les personnes retenues, devenues difficiles à raisonner et ne supportant pas la frustration. Certaines d’entre elles se battent entre groupes aux origines différentes.

Le CRA de Lyon connaît en outre des dégradations permanentes (mobilier, murs…) ainsi que des problèmes de santé mentale, comme en témoignent les cas d’agressions, de trafics de médicaments et de tentatives de suicide. Toutefois, ces problèmes n’ont pas été confirmés par les services de police.

Mots-Clés: Lyon, rétention administrative, migration, sécurité, Députée européenne Sylvie Guillaume.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE