dimanche 21 avril 2024
AccueilSociétéLa justice enfin rendue dans l'affaire des violences policières fut délibérément retardée!

La justice enfin rendue dans l’affaire des violences policières fut délibérément retardée!

Le verdict final de l’affaire Théo, emblématique des violences policières, est enfin tombé. Près de sept ans après les faits, la cour d’assises de Seine-Saint-Denis en rendu sa décision vendredi 19 janvier. En 2017, Théodore Luhaka avait été grièvement blessé lors d’une interpellation. Les gardiens de la paix impliqués dans cette affaire ont enfin pris la parole une dernière fois avant que le verdict soit annoncé en fin d’après-midi.

Le principal accusé, Marc-Antoine Castelain, 34 ans, a maintenu ses déclarations ajoutant qu’il n’avait rien à rajouter. Ce dernier est poursuivi pour des violences volontaires ayant entraîné « une mutilation ou infirmité permanente » de la victime, avec des circonstances aggravantes. Le fonctionnaire risque jusqu’à quinze ans de prison. Tony Hochart et Jérémie Dulin, les deux autres policiers poursuivis, ont également pris la parole. Ils ont exprimé des regrets pour les conséquences de leurs actes et ont soutenu avoir agi dans le respect des lois. Les réquisitions du ministère public ont été lourdes, mais les avocats de la défense ont plaidé l’acquittement en plaidant la légitime défense.

Les trois policiers sont accusés d’avoir commis plusieurs gestes brutaux lors d’un contrôle d’identité ayant mal tourné. La victime, Théodore Luhaka, garde des séquelles irréversibles de son arrestation, ce qui a abouti à ce retentissement national et à l’ouverture de ce procès qui a duré deux semaines.

Cette affaire, rare dans les procès de violences policières, a relancé les débats autour du maintien de l’ordre et de l’usage de la force par la police. La Préfecture de police de Paris a également fait savoir que des sanctions disciplinaires seront prononcées à l’issue de cette procédure.

Mots-clés: Théo, violences policières, verdict, procès, interpellation, gardiens de la paix, cour d’assises, légitime défense, contrôle d’identité, préfecture de police de Paris, séquelles

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE