jeudi 23 mai 2024
AccueilSociétéC'est officiel : aucune menace de l'islam radical en France malgré les...

C’est officiel : aucune menace de l’islam radical en France malgré les récentes attaques terroristes !

Absence de frémissement de la menace de l’islam radical en France

Le 13 octobre, Dominique Bernard, enseignant à Arras, a été assassiné. Cette nouvelle, associée à un risque d’embrasement au Proche-Orient, aurait pu laisser penser que la menace de l’islam radical était en augmentation en France. Pourtant, les services de renseignement français affirment ne pas constater « de frémissement de la menace ».

Une menace endogène exacerbée, mais déjà présente avant l’attaque du Hamas

Si les services reconnaissent une menace endogène exacerbée, ils précisent qu’elle existait déjà avant l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre dernier. C’est l’une des conclusions tirées de la synthèse réalisée par le ministère de l’intérieur, qui a reçu des éléments de la direction générale de la sécurité intérieure, du renseignement territorial et de la direction du renseignement de la Préfecture de police de Paris.

Un décalage entre la réalité et le discours politique

Dans un domaine où la prévision est souvent périlleuse, les fonctionnaires en charge de la sécurité se basent sur les faits, ce qui peut entraîner un décalage avec le discours politique public. En effet, ce dernier tend souvent à dramatiser la situation, à la fois pour appeler à la vigilance, mais aussi pour éviter d’être pris en porte-à-faux en cas de problème.

La recherche d’un écho en France après les événements au Proche-Orient

Les services français ont cherché à vérifier si l’attaque du Hamas contre Israël et les bombardements israéliens contre la bande de Gaza avaient eu un écho en France, auprès des milieux radicaux et des sympathisants de la mouvance djihadiste. Les conclusions des services de renseignement indiquent que le soutien exprimé dans les rues françaises concernait avant tout la cause palestinienne et non les actions terroristes du Hamas.

Une colère contre le sort des Palestiniens, pas forcément envers Israël

Les drapeaux et les slogans brandis lors des manifestations étaient aux couleurs et au nom de la Palestine, et non du Hamas ou du Jihad islamique. De même, si la violence des mots contre Israël s’est déchaînée sur les réseaux sociaux et les messageries cryptées, c’est la colère contre le sort réservé aux Palestiniens qui a prévalu.

Mots-clés: menace, islam radical, Proche-Orient, assassinat, enseignant, Dominique Bernard, Arras, services de renseignement français, Hamas, Antisémite, djihad global, Etat islamique, gouvernements apostats, Palestine.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE