mardi 5 mars 2024

Garagiste d’Haïfa arrêté et persécuté pour ses opinions, la vie d’Easa Fayed bascule dans l’horreur !

L’article se focalise sur le garagiste Easa Fayed, résidant à Haïfa, une ville mixte juive et arabe dans le nord d’Israël. Connu pour ses commentaires politiques acérés sur les réseaux sociaux, Easa Fayed a été arrêté chez lui par plusieurs policiers masqués. Après avoir passé quatre jours en prison, il a été libéré sans charges, mais il lui est désormais interdit de s’exprimer en ligne pendant un mois. Cette arrestation fait suite à sa déclaration de soutien aux Palestiniens de Gaza, qui ont été la cible de bombardements de l’armée israélienne après une attaque menée par le Hamas.

La minorité des Palestiniens citoyens d’Israël, représentant environ 20% de la population, est étroitement surveillée par la police depuis l’attaque du Hamas. Deux manifestations à Haïfa et dans la ville d’Umm Al-Fahm ont été violemment dispersées. Face à cette situation, le commissaire général du pays, Kobi Shabtaï, a appelé chacun à choisir son camp, soulignant que ceux qui souhaitent s’identifier à Gaza peuvent être immédiatement envoyés dans des bus en direction de cette région. Par ailleurs, le ministre de la sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, un suprémaciste juif, a distribué des fusils à des civils devant les caméras. Ces événements ont conduit de nombreux Israéliens à déposer des demandes de permis de port d’arme, suscitant des craintes chez les Palestiniens assimilés depuis longtemps par la droite israélienne à une « cinquième colonne ».

Après sa libération, Easa Fayed a fait face à plusieurs problèmes. Le terminal de carte bleue de son garage a été suspendu par sa banque, qui menace également de fermer son compte personnel. De plus, les services d’hygiène d’Haïfa lui ont infligé deux amendes pour avoir fumé dans son bureau. Ces incidents ont entraîné la perte de tous ses clients, qui appréciaient jusqu’alors sa sympathie pour Balad, un micro-parti arabe rejetant la dualité de l’Etat d’Israël en tant qu’État « juif et démocratique ». Des jeunes sont même venus traîner sous les caméras de sécurité de son garage, et certains ont vandalisé les lieux en taguant le mot « Hamas » sur un mur. Easa Fayed a même été victime d’une tentative d’incendie, lorsqu’un individu a tiré une bouteille d’essence à proximité de lui.

Mots-clés: Easa Fayed, Haïfa, Israël, policiers masqués, arrestation, réseaux sociaux, Gaza, attaque du Hamas, minorité palestinienne, manifestations, commissaire général, Kobi Shabtaï, ministre de la sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, permis de port d’arme, cinquième colonne, terminal de carte bleue, compte personnel, services d’hygiène, amendes, clientèle, garage automobile, vandalisme, tentative d’incendie.

articles similaires
Articles Récents