vendredi 21 juin 2024
AccueilSciencesVIH: un candidat-vaccin original testé par une équipe française

VIH: un candidat-vaccin original testé par une équipe française

Une approche innovante contre le VIH

Le professeur Gilles Pialoux, chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Tenon à Paris, a qualifié de « excellente nouvelle » l’approche innovante en matière de vaccin contre le VIH. Une équipe française a en effet mis au point une stratégie capable d’induire une réponse immunitaire « précoce, importante et durable » contre le virus du sida tout en étant bien tolérée. Mené sur 36 personnes en bonne santé par l’équipe des professeurs Jean-Daniel Lelièvre et Yves Lévy, du Vaccine Research Institute à l’hôpital Henri-Mondor (AP-HP, Créteil), cet essai préliminaire de phase 1 a été présenté le 21 février à la conférence internationale sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI) à Seattle (Etats-Unis).

Depuis le début de l’épidémie de VIH dans les années 1980, la lutte contre ce fléau est confrontée à un obstacle tenace : la mise au point d’un vaccin efficace. « Le VIH s’intègre très rapidement dans les cellules humaines qu’il infecte, provoquant une immunodépression dès la primo-infection », a souligné Gilles Pialoux. D’où l’importance de le prendre de vitesse. « Pour être efficace, un vaccin devra bloquer l’entrée du virus au niveau des muqueuses, sa principale voie de pénétration dans l’organisme », a estimé l’infectiologue.

Un vecteur ciblant les cellules dendritiques

Le candidat-vaccin mis au point par l’équipe française cible « des cellules-clés de la réponse immunitaire, les cellules dendritiques, qui jouent un rôle essentiel dans l’éducation et l’activation du système immunitaire », selon Jean-Daniel Lelièvre. « C’est un changement de paradigme », a salué Gilles Pialoux. Il utilise « un vecteur qui cible ces cellules », a expliqué Yves Lévy : un anticorps monoclonal « anti-CD40 », qui se lie spécifiquement à un récepteur de surface (la protéine CD40) des cellules dendritiques. Cet anticorps est fusionné avec le principe actif du vaccin : une protéine de l’enveloppe du VIH.

Toutefois, il reste à prouver l’efficacité de cette préparation vaccinale en termes de protection contre les infections lors d’un essai de grande ampleur, dit « de phase 3 ». Une étape qui pourrait être cruciale dans la lutte contre le VIH, qui touche encore aujourd’hui 38 millions de personnes dans le monde.

Mots-Clés:

Gilles Pialoux, Jean-Daniel Lelièvre, Yves Lévy, VIH, vaccin, immunodépression, muqueuses, cellules dendritiques, protéine CD40, Seattle, Etats-Unis, ANRS, Inserm, EuroVacc, Lausanne, CROI, phase 1, phase 3, 38 millions.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE