mardi 5 mars 2024

Les agriculteurs prêts à reprendre l’action à moins d’un mois du Salon de l’agriculture

Des agriculteurs prêts à repartir à l’action

Le Président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, prévient que les agriculteurs sont prêts à repartir à l’action si le gouvernement ne prend pas des mesures concrètes attendues avant le Salon de l’agriculture. Cela représente le maintien de la pression sur l’exécutif à moins de deux semaines du Salon de l’agriculture. Arnaud Rousseau a déclaré : « Les agriculteurs n’ont jamais désarmé. Tout le monde a dit : on est prêt à repartir si le travail réalisé n’est pas au niveau des attentes, qui sont très fortes » (source : TF1Info).

Suite à une réunion avec le gouvernement, Gabriel Attal et le ministre de l’agriculture, Marc Fesneau, devaient être reçus mardi à Matignon par des représentants du principal syndicat agricole et ceux des Jeunes Agriculteurs. Ces consultations sont importantes avant l’ouverture du Salon de l’agriculture pour éviter la reprise d’un mouvement suspens. Il faut accélérer le tempo pour opérer des changements d’ici le Salon porte de Versailles.

Le Président de la FNSEA est claire : « On veut voir ce qui change dans nos fermes (…) Quand le gouvernement nous dit on va travailler sur un grand plan élevage d’ici le salon et qu’à quinze jours, on n’a pas de nouvelles… Si d’ici dix jours il ne devait pas y avoir ce travail de fond, ce changement de logiciel, on serait prêts à repartir à l’action ». Ainsi, il met la pression sur le gouvernement qui tente d’éviter une reprise du mouvement suspendu.

Entre espoirs et attentes

Malgré des annonces et des mesures d’urgence prises par le gouvernement comme la simplification des normes et des aides à l’agriculture bio, les syndicats restent dans une position de pression. Cela s’explique par le fait qu’au cours de nombreuses années, les demandes agricoles sont restées insatisfaites. Ce contexte nécessite également que le gouvernement réponde de manière efficace et concrète aux attentes des agriculteurs pour éviter tout mécontentement. En effet, si le gouvernement n’agit pas jusqu’au Salon de l’agriculture, cela pourrait avoir un impact sur l’accueil du président de la République.

De plus, des mesures d’urgence chiffrées à 400 millions d’euros ont été annoncées et des réunions ont eu lieu dans toutes les préfectures de département pour « regarder les arrêtés locaux » et « faire remonter les propositions de simplification administrative ». Tous les ministères sont au travail pour répondre de manière efficace aux demandes des agriculteurs.

Mots-clés:

Président de la FNSEA, Salon de l’agriculture, mesures concrètes, mouvement suspens, annonces du gouvernement, simplification des normes, réunions, attentes des agriculteurs.

articles similaires
Articles Récents