mercredi 17 avril 2024
AccueilnewsInternationalLa conférence annuelle du Parti conservateur britannique tourne au chaos, avec des...

La conférence annuelle du Parti conservateur britannique tourne au chaos, avec des ambitions personnelles et une dérive à droite, alors que le premier ministre annonce un abandon crucial du projet de train à grande vitesse HS2. Mandat en danger avant les élections de 2024 !

Rishi Sunak, le premier ministre britannique, a cherché à profiter de la conférence annuelle du Parti conservateur à Manchester pour regagner en popularité et mobiliser ses troupes avant les élections générales de 2024. Malheureusement, cet événement clé s’est avéré chaotique, marqué par les ambitions personnelles de ses possibles successeurs et une dérive à droite du parti.

Dans ce contexte, le premier ministre a annoncé l’abandon d’une partie essentielle du projet de train à grande vitesse HS2, qui est pourtant le principal projet d’infrastructure du pays. Même s’il a prononcé un discours volontariste à la clôture de la conférence, les véritables stars de l’événement étaient Liz Truss, l’ancienne première ministre au mandat désastreux, Suella Braverman, ministre de l’Intérieur très radicale, et Nigel Farage, fondateur et ancien membre du parti d’extrême droite Ukip.

Liz Truss, lors d’une intervention devant une salle comble, a prôné le même programme économique qui l’avait contrainte à la démission lors de son passage à Downing Street en 2022. Elle préconise des baisses d’impôts tous azimuts et appelle de manière simpliste au « retour de la croissance », sans tenir compte de la situation financière tendue du pays. Cette prise de position a été accueillie avec enthousiasme par Priti Patel, Jacob Rees-Mogg et Nigel Farage.

D’autres figures du parti, telles que Suella Braverman, envisagent quant à elles de prendre le pouvoir au sein du parti une fois qu’il sera dans l’opposition, plutôt que de miser sur une victoire hypothétique aux élections de 2024. Suella Braverman a d’ailleurs renforcé sa rhétorique populiste lors de son discours à Manchester, faisant fi du politiquement correct et qualifiant la vague migratoire à venir de « ouragan ». Elle a également critiqué une supposée « idéologie du genre » et réclamé le retrait du Royaume-Uni de la Convention européenne des droits de l’homme, déclenchant les applaudissements chaleureux de l’assistance. Seul Andrew Boff, un membre du conseil municipal de Londres, a osé protester et a été expulsé manu militari de la salle pour des propos qualifiés d' »homophobes ».

L’article précédent décrit le contexte chaotique dans lequel s’est déroulée la conférence annuelle du Parti conservateur britannique et met en évidence les ambitions personnelles des possibles successeurs de Rishi Sunak ainsi que la dérive à droite du parti. Il souligne également l’annonce surprenante de l’abandon d’une partie du projet de train à grande vitesse HS2 par le premier ministre. Les personnalités clés de la conférence, notamment Liz Truss, Suella Braverman et Nigel Farage, sont également mises en avant.

Mots-clés: Rishi Sunak, Parti conservateur, conférence annuelle, élections générales, sondages, train à grande vitesse HS2, Liz Truss, Suella Braverman, Nigel Farage, Priti Patel, Jacob Rees-Mogg, politique économique, finances publiques, rhétorique populiste, vague migratoire, Convention européenne des droits de l’homme, opposition, discours.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE