mercredi 29 mai 2024
AccueilInternationalMondeSyrie : Assad a attaqué à l'arme chimique à Douma en 2018

Syrie : Assad a attaqué à l’arme chimique à Douma en 2018

Le 27 janvier 2021, l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC) a accusé la Syrie d’avoir mené une attaque au chlore qui a tué 43 personnes à Douma, près de Damas, en 2018. Un rapport très attendu des enquêteurs de l’OIAC a révélé que « des motifs raisonnables » indiquent que l’armée de l’air syrienne a largué du gaz toxique sur la ville.

Selon le rapport, un hélicoptère Mi-8/17 de l’armée de l’air arabe syrienne a largué deux cylindres jaunes depuis la base aérienne de Doumayr, sous le contrôle des Forces du Tigre. L’un des projectiles a heurté un toit et s’est rompu, libérant du chlore à des concentrations très élevées qui a tué 43 personnes identifiées et en a affecté des dizaines d’autres. Le deuxième cylindre s’est partiellement ouvert et a lentement libéré du chlore, affectant légèrement ceux qui sont arrivés les premiers sur les lieux.

Les secouristes ont déclaré avoir traité des personnes souffrant de problèmes respiratoires, d’écume à la bouche et d’autres symptômes. Les enquêteurs, à qui Damas a refusé l’accès au site, ont analysé des échantillons prélevés sur les lieux, interrogé des survivants et des témoins et effectué des tests balistiques. Ils ont examiné des preuves vidéo et photographiques, des images satellites, des schémas informatiques et sollicité des experts.

Fernando Arias, directeur général de l’OIAC, a déclaré dans un communiqué que « l’utilisation d’armes chimiques à Douma et ailleurs est inacceptable et constitue une violation du droit international ». Il a ajouté que « le monde connaît désormais les faits, il appartient à la communauté internationale d’agir ».

Damas et Moscou ont nié à plusieurs reprises cette attaque à Douma, proposant d’autres hypothèses. Ils ont accusé les rebelles et les secouristes d’avoir mis en scène l’attaque et d’avoir apporté des cadavres sur les lieux. Ils ont aussi soutenu qu’une usine d’armes chimiques islamiste avait été touchée. Cependant, les enquêteurs de l’OIAC ont déclaré qu’il n’y avait aucune preuve à l’appui de ces allégations.

Douma était contrôlée par des rebelles au moment de l’incident, survenu lors d’une offensive majeure des forces gouvernementales syriennes pour reprendre la ville. Quelques jours plus tard, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont lancé des frappes aériennes sur la Syrie.

Mots-Clés: Douma, Damas, OIAC, Chlore, Syrie, Hassan Ammar, Royaume-Uni, France, États-Unis, Moscou.

articles similaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

aujourd'hui
POPULAIRE