mardi 25 juin 2024
AccueilInternationalMondeG20: Accord sur l'Ukraine manquant

G20: Accord sur l’Ukraine manquant

La réunion du G20 des ministres de finances, tenue à Bangalore en Inde les vendredi 24 et samedi 25 février, s’est achevée sans communiqué commun. En effet, les lignes de fractures entre les Etats membres sur la question de la guerre en Ukraine ont été mises à jour. A la veille du G20, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni avaient plaidé pour que les pays membres adoptent une référence explicite à l’Ukraine. Malgré cette volonté, les ambitions des Occidentaux de parvenir à s’entendre sur une déclaration claire à l’occasion du premier anniversaire de l’invasion de l’Ukraine se sont heurtées à l’opposition de la Chine et de la Russie qui ont bloqué le communiqué.

Bruno Le Maire, ministre français de l’économie, avait indiqué qu’il était impossible de remettre en cause la déclaration de Bali en Indonésie de novembre 2022 dans laquelle les dirigeants avaient déclaré que « la plupart des Etats membres du G20 ont condamné fermement la guerre en Ukraine ». Olaf Scholz, chancelier allemand, avait lui aussi appelé le G20 à ne pas relâcher la pression sur la Russie et à continuer à envoyer « un message fort ».

A l’issue de la réunion, l’Inde s’est contentée de publier un « résumé » et « un document final du président » prenant acte des désaccords. La ministre indienne des finances, Nirmala Sitharaman, a déclaré aux journalistes que le communiqué préparé contenait deux paragraphes de la déclaration de Bali, refusés par la Russie et la Chine. Le premier paragraphe stipule que « la plupart des membres condamnent fermement la guerre en Ukraine » précisant qu’« il y avait d’autres points de vue et différentes évaluations de la situation et des sanctions ». Un second souligne « la nécessité de faire respecter le droit international et le système multilatéral qui préserve la paix et la stabilité » et juge « l’utilisation ou la menace d’utilisation d’armes nucléaires inadmissible ».

La Chine et la Russie n’ont pas signé arguant que leur rôle était de « traiter des questions économiques et financières ». Dans un communiqué publié à Moscou, le ministère russe des affaires étrangères, a accusé les Occidentaux d’avoir « déstabilisé » la réunion en tentant d’imposer un « diktat ». Devant la presse, à Bangalore, la vice-présidente et ministre de l’économie de l’Espagne, Nadia Calvino, a regretté, sans toutefois citer de nom, que certaines « positions » au sein du groupe soient « moins constructives » qu’à Bali.

La réunion du G20 des ministres de finances à Bangalore a mis en lumière les divergences entre les Etats membres sur la question de la guerre en Ukraine. Malgré les efforts des Occidentaux pour parvenir à s’entendre sur une déclaration claire, la Chine et la Russie ont bloqué le communiqué. Les deux paragraphes de la déclaration de Bali, refusés par Moscou et Pékin, condamnaient fermement la guerre en Ukraine et soulignaient la nécessité de faire respecter le droit international et le système multilatéral. La réunion s’est achevée sans communiqué commun et la Russie a accusé les Occidentaux d’avoir « déstabilisé » la réunion en tentant d’imposer un « diktat ».

Mots-Clés: G20, Bangalore, Inde, Ukraine, Chine, Russie, Occidentaux, Bruno Le Maire, Olaf Scholz, Nirmala Sitharaman, Nadia Calvino.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE