dimanche 21 avril 2024
AccueilÉcologieScandale absolu : les militants condamnés pour leur combat environnemental !

Scandale absolu : les militants condamnés pour leur combat environnemental !

Un collectif qui ne baisse pas les bras

Des acclamations pour eux à la sortie du tribunal, des huées à l’énoncé du jugement. Bras levés, au cri de « No bassaran ! » les neuf militants antibassines condamnés mercredi 17 janvier par le tribunal judiciaire de Niort (Deux-Sèvres) n’ont laissé paraître aucun signe de défaitisme. Bien au contraire, face à une centaine de sympathisants rassemblés sous la pluie, ils ont témoigné de leur détermination. « Nous sommes une hydre, clamait Julien Le Guet, porte-parole du collectif Bassines non merci, le plus lourdement condamné. Coupez une tête, il en repoussera dix. »

Moins de deux mois après l’interminable audience (quatorze heures) du 28 novembre – qui avait fait l’objet d’une suspension le 8 septembre –, le président du tribunal, Eric Duraffour, a donc prononcé le jugement. Réservant son argumentaire pour plus tard, il a expliqué n’avoir pas donné suite à la demande de relaxe de la défense au motif que « l’état de nécessité » qu’elle avait invoqué n’avait pas été retenu. Le « péril imminent », qui aurait pu justifier la manifestation de Sainte-Soline et les actes de violence qui ont suivi, n’était pas établi.

En conséquence, le tribunal a condamné les neuf prévenus, à des peines allant de l’amende, pour six d’entre eux, à la prison avec sursis pour Julien Le Guet et les deux responsables des Soulèvements de la Terre, Joan Monga, alias « Basile Dutertre », et Nicolas Garrigues, alias « Benoît Feuillu », désignés comme les organisateurs – ce qu’ils ont toujours nié – de la manifestation interdite de Sainte-Soline, le 25 mars 2023.

Suivant les réquisitions du procureur de la République, le président a infligé à Julien Le Guet un an de prison avec sursis et l’interdiction de paraître pendant trois ans à Sainte-Soline et Mauzé-sur-le-Mignon (Deux-Sèvres). Le bateleur du Marais poitevin devra aussi indemniser la coopérative de l’eau des Deux-Sèvres (la Coop de l’eau 79), porteuse du projet des seize réserves de substitution, à hauteur de près de 12 000 euros pour des dégradations de barrières. Une amende de 300 euros lui a, en outre, été infligée, pour un graffiti porté devant la gendarmerie de Niort le 1er mai 2023.

Joan Monga et Nicolas Garrigues ont été condamnés, respectivement, à neuf et six mois de prison avec sursis et ont l’interdiction de paraître dans les Deux-Sèvres pendant trois ans. Le tribunal a prononcé des amendes à l’encontre des six autres prévenus, parmi lesquels les responsables syndicaux Benoît Jaunet et Nicolas Girod (Confédération paysanne), David Bodin (CGT 79) et Hervé Auguin (Solidaires 79). Deux militants ont été reconnus par ailleurs coupables du vol d’une canalisation dans le champ d’un agriculteur à Vallans, en mars 2022 et devront indemniser ce dernier.

Mots-clés:

Niort, Deux-Sèvres, manifestation, collectif Bassines non merci, militants antibassines, procureur de la République, tribunal correctionnel, peines, relaxe, état de nécessité, peines avec sursis, manifestants, jugement, condamnés, opposition, coopérative de l’eau, plainte, vandalisme, responsables syndicaux.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE