vendredi 21 juin 2024
AccueilDisparitionsJosé Sébéloué, légendaire chanteur de La Compagnie Créole, décède à l'âge de...

José Sébéloué, légendaire chanteur de La Compagnie Créole, décède à l’âge de 74 ans à Paris: retour sur une carrière emblématique

José Sébéloué, le talent derrière les tubes de La Compagnie créole

José Sébéloué était un musicien guyanais talentueux et polyvalent, réputé pour sa voix et sa maîtrise de la guitare, des percussions et de la composition. Il est surtout connu pour avoir été le chanteur principal et guitariste de La Compagnie créole, un groupe emblématique des années 1980. Leur répertoire regorge de véritables classiques tels que « Vive le Douanier Rousseau », « C’est bon pour le moral », « Le Bal masqué » ou encore « Ça fait rire les oiseaux ». Ces chansons font partie intégrante de notre mémoire collective depuis plusieurs décennies. Malheureusement, José Sébéloué nous a quittés le dimanche 3 septembre à l’âge de 74 ans, laissant derrière lui une grande carrière et un héritage musical inoubliable.

Né le 17 septembre 1948 à Ouanary en Guyane, José Sébéloué a débuté sa carrière de musicien au sein d’un groupe local appelé Pop-corn. C’est par la suite, en 1975, qu’il fonda La Compagnie créole en compagnie de Clémence Bringtown, Julien Tarquin, Guy Bevert et Arthur Apatout, des musiciens originaires de la Martinique et de la Guadeloupe. Ensemble, ils ont adapté de manière originale des airs traditionnels du répertoire antillais. Le groupe a rapidement attiré l’attention de Daniel Vangarde, un producteur parisien, et de Jean Kluger, un producteur bruxellois connu pour ses collaborations avec des artistes martiniquais et guadeloupéens tels que les Gibson Brothers et le duo Ottawan.

Daniel Vangarde, passionné de musiques tropicales et père de Thomas Bangalter, l’un des membres fondateurs de Daft Punk, a d’abord produit pour La Compagnie créole un album de biguines traditionnelles intitulé « Blogodo » en 1982. Cependant, c’est l’année suivante que le succès est au rendez-vous. Entre deux séances d’enregistrement avec la vedette disco Amii Stewart, les producteurs franco-belges décident de faire enregistrer au groupe une version de « C’est bon pour le moral », un titre écrit par Daniel Vangarde qui était resté dans les tiroirs. Ce choix s’est révélé être un coup de maître, car le titre a rapidement connu un grand succès grâce, notamment, au soutien des émissions de Guy Lux et de Patrick Sébastien.

Malgré ce succès, il a fallu du temps avant que la couleur disco zouk donnée par La Compagnie créole ne parvienne à séduire les radios. Roger Kreicher, le directeur des programmes de RTL, avait même qualifié leur musique de « musique de bal ». Une remarque méprisante à laquelle Daniel Vangarde a répondu avec un certain plaisir. Heureusement, le titre « C’est bon pour le moral » a fini par décoller et a été suivi de nombreux autres succès tels que « Vive le Douanier Rousseau », qui a permis au groupe de représenter la France au concours de l’Eurovision en 1983 et de décrocher la deuxième place.

Par la suite, La Compagnie créole a enchaîné les tubes avec des chansons telles que « Le Bal masqué », « Ça fait rire les oiseaux » ou encore « Bons baisers de Fort-de-France ». Le groupe a connu un véritable engouement dans les années 1980, soutenu notamment par l’entrepreneur français Francis Bouygues qui était un grand fan de leur musique et qui les a invités à plus de trente-six reprises dans l’émission « Sacrée soirée » sur TF1.

La disparition de José Sébéloué est une perte immense pour le monde de la musique. Son talent et sa contribution à La Compagnie créole ont marqué toute une génération et continueront d’inspirer les amoureux de musique dans les années à venir.

Mots-clés: José Sébéloué, La Compagnie créole, chanteur, guitariste, musique, succès, tubes, années 1980, Daniel Vangarde, Guy Lux, Patrick Sébastien, disco zouk, musiques tropicales, biguines, concours de l’Eurovision, Francis Bouygues

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE