mardi 5 mars 2024

Transport en Île-de-France: le plan le plus ambitieux d’Europe!

Un protocole d’accord signé entre l’Etat et la région Ile-de-France pour financer les projets de transports

Il était attendu depuis des mois. L’Etat et la région Ile-de-France ont signé, mercredi 20 décembre, un protocole d’accord pour financer les projets de transports de la première région de France, confrontée aux défis du vieillissement de son réseau et à l’arrivée du Grand Paris Express.

Un plan ambitieux pour les transports

C’est « le plan le plus ambitieux d’Europe pour les transports », a réagi Valérie Pécresse, la présidente de région, lors de la signature à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), avec le ministre des transports, Clément Beaune, du protocole d’accord du volet mobilités du contrat de plan Etat-région (CPER), qui doit aboutir à l’été 2024.

Ce nouveau plan quinquennal prévoit 8,4 milliards d’euros d’investissements sur les années 2023-2027. Le protocole entériné est un « document provisoire » qui arrive « avec quatre années de retard » après avoir été « reporté depuis 2020 » et la crise sanitaire, a noté l’opposition communiste.

Si sa signature a été « longtemps retardée », a reconnu Clément Beaune, l’accord va permettre à la région, qui contrôle les transports, et l’Etat de répondre au « doublement du réseau » du métro parisien « d’ici à 2030 ».

Le futur accord doit aussi servir à mener à bien le prolongement du RER E à l’ouest de Paris, ainsi que six nouveaux projets de tramway, une quinzaine de nouveaux projets de bus « à haut niveau de service » et à adapter treize gares à l’arrivée des futures lignes, a déclaré Mme Pécresse.

Modernisation du réseau existant

« La priorité absolue, c’est la modernisation du réseau existant », avec un budget de 1,8 milliard d’euros consacré à « la modernisation des RER et Transiliens », estime Valérie Pécresse.

Grand Paris Express

Le Grand Paris Express, ce projet de supermétro né sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy en 2009, doit enfin se concrétiser avec quatre nouvelles lignes (15, 16, 17, 18), totalisant plus de 200 kilomètres de voies, qui doivent entrer en service entre la fin de 2025 et 2030.

Tensions politiques

Ce protocole d’accord survient dans un contexte de tensions politiques autour de la qualité de service des transports franciliens, enjeu majeur des Jeux olympiques de l’été 2024 (26 juillet-11 août).

Au début de décembre, IDFM a déploré « une nouvelle dégradation du service des transports inquiétante », et sa présidente, Valérie Pécresse, appelé l’opérateur RATP à « remonter la pente ».

Des propos sur l’état du réseau

« Nous avons un réseau obsolète. Il y a au moins huit lignes sur dix qui ne sont plus en état d’assurer un service public de qualité. Nous payons quarante ans de sous-investissement dans les transports avant ceux décidés par Valérie Pécresse », a dit, au même moment, le PDG de la RATP, l’ancien premier ministre Jean Castex.

Mots-clés:

transports, Ile-de-France, Grand Paris Express, Valérie Pécresse, Clément Beaune, RER, Tramway, bus, modernisation, protocole d’accord, investissements, tension politiques, qualité de service.

articles similaires
Articles Récents