jeudi 13 juin 2024
AccueilÉconomieLa guerre entre presse et géants de l'IA : les blocages se...

La guerre entre presse et géants de l’IA : les blocages se multiplient pour protéger les contenus et réclamer une rémunération

La tension monte encore entre la presse et les géants de l’intelligence artificielle (IA). Plusieurs titres et éditeurs ont récemment confirmé avoir bloqué le robot d’OpenAI qui aspirait leur contenu afin de former ses modèles d’IA, notamment l’agent conversationnel ChatGPT. En France, Radio France a expliqué avoir pris cette mesure pour éviter le pillage de leurs contenus sans autorisation. Sibyle Veil, présidente de Radio France, a déclaré lors d’une conférence de presse le 28 août : « Nous avons bloqué cet été le robot OpenAI, qui puisait sans consentement dans nos contenus ». D’autres groupes publics français tels que France Médias Monde (France 24, RFI…) et TF1 (MyTF1 et TF1info.fr) ainsi que le groupe Sipa – Ouest-France ont également bloqué les robots d’OpenAI pour leur plateforme d’information locale Actu.fr.

Aux États-Unis, le New York Times a également bloqué les robots alimentant les modèles d’IA d’OpenAI, suivis par CNN, Reuters, le Chicago Tribune, ABC et d’autres médias australiens. CNN a ensuite élargi la liste des médias bloquant les robots d’OpenAI, incluant Disney, Condé Nast, Hearst, Vox Media, Bloomberg, The Washington Post, The Atlantic, Axios, Insider et ESPN. Ces blocages reflètent une volonté plus large, affichée depuis plusieurs mois par de nombreux médias, d’obtenir une rémunération en échange de l’utilisation de leurs contenus par les géants de l’IA. En effet, des logiciels tels que ChatGPT et Bard (de Google) s’entraînent en utilisant notamment des articles produits par les médias et sont ensuite capables de générer des textes en réponse aux requêtes des internautes, y compris sur des sujets d’actualité. La menace est d’autant plus préoccupante que ces agents d’IA seront intégrés aux moteurs de recherche tels que Google ou Bing, qui apportent du trafic aux sites d’information.

Le respect du droit d’auteur et la rémunération sont des principes largement défendus en France par les syndicats d’éditeurs tels que Geste ou l’Alliance de la presse d’information générale, ainsi que par des médias tels que Le Figaro et Le Monde. Ce dernier a même pris contact avec des fabricants de logiciels d’IA. L’agence AFP a également cosigné une tribune dénonçant dans l’IA une « menace pour la viabilité financière » des médias. Au niveau international, des médias tels que le Financial Times, News Corp, le New York Times, Springer, News Corp et le Guardian espèrent tous négocier des « contrats de licence » rémunérant les contenus utilisés pour l’entraînement des IA.

Mots-clés: tension, presse, intelligence artificielle, titres, éditeurs, robot, OpenAI, contenu, modèles, IA, agent conversationnel, ChatGPT, Radio France, consentement, pillage, France Médias Monde, TF1, MyTF1, TF1info.fr, groupe Sipa, Ouest-France, Actu.fr, New York Times, robots, The Verge, CNN, Reuters, Chicago Tribune, médias australiens, ABC, The Canberra Times, The Newcastle Herald, Guardian, logiciels, actualité, droit d’auteur, rémunération, syndicats d’éditeurs, Geste, Alliance de la presse d’information générale, Le Figaro, Le Monde, fabricants de logiciels d’IA, AFP, Financial Times, News Corp, Springer, Guardian, contrats de licence.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE