mardi 5 mars 2024

Scènes de violence à Ajaccio lors d’un match de Ligue 2 : des affrontements entre supporters éclatent et font plusieurs blessés, enquête ouverte par le Parquet – Le Monde

Le match de Ligue 2 entre Bordeaux et Ajaccio a malheureusement été marqué par des affrontements entre supporters au Stade François-Coty, en Corse, le 21 août 2023. Les incidents ont été si violents que le Parquet d’Ajaccio a ouvert une enquête pour « violences aggravées au sein d’une enceinte sportive ». Jets de barrières de sécurité, sièges arrachés, bagarres… la situation a rapidement dégénéré.

Les heurts ont eu lieu dans les tribunes pendant la rencontre de football opposant le club local de l’ACA (Ajaccio) aux Girondins de Bordeaux. Lundi soir, le match a été interrompu pendant près d’une heure alors que soixante supporters bordelais et leurs homologues ajacciens se sont battus. Les conséquences de ces affrontements ont été graves, avec cinq personnes hospitalisées en urgence, ainsi que deux stadiers.

Il est important de noter que la préfecture de la Corse-du-Sud avait émis un arrêté afin de prévenir les troubles à l’ordre public. Cet arrêté interdisait théoriquement aux supporters bordelais de se rendre dans le centre-ville d’Ajaccio, ainsi qu’aux abords et à l’intérieur du stade. Malgré cela, les supporters ont réussi à entrer et à provoquer les incidents.

La question qui se pose est donc : comment cela a-t-il pu arriver ? L’entraîneur d’Ajaccio, Olivier Pantaloni, s’est interrogé sur la facilité avec laquelle les supporters bordelais ont pu rentrer dans le stade, malgré la présence de cinq camions de gendarmerie. De son côté, le premier adjoint au maire d’Ajaccio, Alexandre Farina, a également exprimé son étonnement sur les réseaux sociaux, soulignant que les supporters étaient censés être interdits d’accès au stade.

Pierre Barthélemy, avocat au Barreau de Paris et spécialiste du droit public, apporte une nuance à cette situation. Selon lui, les supporters bordelais étaient uniquement interdits de se comporter comme des supporters, tels que chanter, célébrer un but ou porter des maillots ou écharpes de leur équipe. Toutefois, il souligne également que l’émission tardive de l’arrêté préfectoral pose des questions. Cette mesure restreignant les libertés fondamentales pourrait même être illégale.

Il est important de rappeler que se rendre en Corse pour assister à un match de football implique des coûts importants pour les supporters. En plus des frais de transport en avion, les fans doivent prévoir un hébergement et acheter des places pour le match. Dans le cas présent, certains supporters ont engagé jusqu’à 500 euros de frais et ne pouvaient pas revenir en arrière ou se faire rembourser. Cette contrainte financière peut expliquer pourquoi les supporters ont choisi de ne pas suivre les consignes des autorités.

En conclusion, ces incidents lors du match de Ligue 2 entre Bordeaux et Ajaccio ont entraîné une enquête pour violences aggravées au sein d’une enceinte sportive. Les questions entourant la facilité d’entrée des supporters bordelais dans le stade et l’émission tardive de l’arrêté préfectoral soulèvent des interrogations sur la sécurité lors des événements sportifs. Les coûts engendrés pour assister à des matchs à l’extérieur peuvent également avoir une influence sur le comportement des supporters.

Mots-clés: match de Ligue 2, Bordeaux, Ajaccio, affrontements, supporters, Stade François-Coty, enquête, violences aggravées, tribunes, préfecture, arrêté, ordre public, ultras bordelais, entonné, chants, réaction, question, vidéos, entraîneur, Olivier Pantaloni, beIN Sports, adjoint au maire, Alexandre Farina, Twitter, pierre Barthélemy, avocat, droit public, libertés fondamentales, illégal, Corse, autocars, avion, hôtel, Île de Beauté, juriste.

articles similaires
Articles Récents