vendredi 24 mai 2024
AccueilPolitiqueLe massacre des chômeurs : projet gouvernemental contesté

Le massacre des chômeurs : projet gouvernemental contesté

Dans sa démarche de modernisation de l’assurance-chômage, le gouvernement éprouve des difficultés à rassembler des soutiens. Les syndicats s’opposent vivement à un durcissement des critères d’indemnisation des demandeurs d’emploi, une position prévisible. De nombreux économistes remettent également en question la pertinence d’une telle initiative, tout comme plusieurs membres de la majorité. Cependant, de manière inattendue, des réserves ont également été exprimées par l’administration bien avant que la controverse ne fasse surface.

Dans un rapport révélé par Mediapart le 28 mars et consulté par Le Monde, l’exécutif a été alerté dès l’automne 2023 par deux services du ministère du travail : la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) et la délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP). À cette époque, l’idée de resserrer les conditions pour les chômeurs n’était pas explicitement abordée, mais l’Élysée y pensait déjà, comme en atteste le document de six pages des agents de l’État.

Cette expertise a été menée dans le contexte d’un éventuel échec des négociations paritaires sur la convention d’assurance-chômage à l’automne 2023. Le président de la République envisageait un nouvel raccourcissement de la durée d’indemnisation des demandeurs d’emploi. Avant la conclusion d’un accord en novembre 2023, la Dares et la DGEFP ont été consultées pour évaluer cette possibilité, conformément à la demande du gouvernement.

En mettant en œuvre le principe de la « contracyclicité » en février 2023, le gouvernement avait déjà réduit la durée d’indemnisation de vingt-quatre à dix-huit mois pour les moins de 53 ans. L’objectif du projet d’Emmanuel Macron était de réduire cette durée à quatorze mois et demi pour inciter davantage à un retour rapide à l’emploi.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE