vendredi 24 mai 2024
AccueilInternationalMondeDécouverte en Norvège : la plus ancienne pierre runique dévoilée

Découverte en Norvège : la plus ancienne pierre runique dévoilée

« C’est ce qui fait sa singularité », ajoute-t-elle.La pierre de Svingerud a été découverte par le groupe de recherche « Vestfold », dirigé par le professeur d’archéologie Christian Keller, de l’université d’Oslo. « La pierre est très bien conservée. On peut dire que c’est un trésor », souligne-t-il. Une partie de l’inscription est très clairement lisible, mais pour l’instant, personne ne sait ce qu’elle signifie. « On peut seulement dire pour l’instant que l’inscription est probablement l’œuvre d’un érudit », conclut Christian Keller.

La découverte de la « pierre de Svingerud », un bloc de grès rouge d’une trentaine de centimètres de côté, gravé d’inscriptions en alphabet runique et daté au radiocarbone entre 25 et 250 après J.-C., a suscité l’enthousiasme des spécialistes du runique ancien. Cette écriture, adoptée au début de l’ère chrétienne par les peuples germaniques et scandinaves, était utilisée jusque vers 1400.

La pierre, découverte en 2021 en Norvège, est qualifiée par ses découvreurs de « plus ancienne pierre runique » et offre le potentiel de réécrire le premier chapitre de la tradition runique. Selon Kristel Zilmer, professeure de culture écrite et d’iconographie au Musée d’histoire culturelle de l’université d’Oslo, elle « diffère des autres pierres runiques préservées ».

L’alphabet runique, dont la pierre de Svingerud comporte vingt-quatre caractères, est probablement né du contact des peuples germains et scandinaves avec l’Empire romain. Il s’inspire de l’alphabet latin tout en s’en distinguant. « C’était au départ essentiellement un outil épigraphique, gravé sur la pierre ou des objets, et limité par la taille de ceux-ci », explique Kristel Zilmer.

Certains des caractères de l’inscription sont clairement lisibles, mais pour l’instant, personne ne sait ce qu’elle signifie. « On peut seulement dire pour l’instant que l’inscription est probablement l’œuvre d’un érudit », conclut Christian Keller, professeur d’archéologie à l’université d’Oslo et directeur du groupe de recherche « Vestfold ».

Mots-Clés: Alexis Pantos, Norvège, Runique, Christian Keller, Kristel Zilmer, Futhark, Empire Romain, Scandinaves, Germaniques.

articles similaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

aujourd'hui
POPULAIRE