lundi 15 avril 2024
AccueilInternationalImran Khan évincé des élections législatives

Imran Khan évincé des élections législatives

La candidature de l’ancien premier ministre pakistanais incarcéré, Imran Khan et celles de la plupart de ses partisans aux élections législatives de février ont été rejetées, ont annoncé, dimanche 31 décembre des responsables de son parti. Imran Khan, détenu depuis août, affirme que l’armée est de connivence avec les dynasties au pouvoir depuis de nombreuses années pour écraser son mouvement populiste et l’empêcher de se présenter aux élections en tant que figure de proue de son parti, le Pakistan Tehrik-e-Insaf (PTI).

Situation politique en Pakistan

Après la clôture des candidatures pour le scrutin, le porte-parole du parti, Raoof Hasan, a déclaré que « Les candidatures de presque tous les dirigeants nationaux et provinciaux du PTI, y compris Imran Khan, ont été rejetées ». Il a également dénoncé une stratégie visant à empêcher les candidats du PTI de se présenter aux élections. Des responsables de la commission électorale ont précisé que plusieurs candidatures de membres du PTI avaient été rejetées, dont celle d’Imran Khan, sur la base de condamnations en justice.

Les protestations du PTI sur l’exclusion de nombre de ses membres du processus électoral sont susceptibles de déboucher sur des recours en justice ou devant la commission électorale. M. Hasan a affirmé : « Nous participerons aux élections et ferons appel de toutes ces décisions dans chacune des circonscriptions et utiliserons toutes nos options constitutionnelles, juridiques et politiques ». Imran Khan, 71 ans, a été évincé l’année dernière après s’être brouillé avec les puissants chefs militaires pakistanais qui l’avaient soutenu pour parvenir au pouvoir en 2018. Dans l’opposition, il a mené une campagne sans précédent contre les militaires qui ont dirigé directement le pays pendant une grande partie de son histoire.

Ralliement contre les militaires

Il les a accusés d’avoir précipité sa chute du pouvoir par un vote de censure via un complot soutenu par les Etats-Unis et d’avoir fomenté une tentative d’assassinat contre lui qui lui a valu des blessures. Après les troubles qui ont suivi une première incarcération d’Imran Khan, en mai, le PTI a subi une vaste répression, voyant ses dirigeants emprisonnés ou contraints de quitter le parti.

Face à ces diverses controverses, Imran Khan continue de mobiliser ses partisans malgré une exclusion de nombre de ses membres du processus électoral. La liste définitive des candidats est prévue pour le 23 janvier, et le Pakistan pourrait être en proie à une période électorale mouvementée.

Mots-clés:

Imran Khan, Pakistan, élections, armée, opposition

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE