dimanche 21 avril 2024
AccueilInternationalAfriqueLe chaos politique secoue le Sénégal!

Le chaos politique secoue le Sénégal!

Crise électorale au Sénégal : rejet de la proposition de dialogue par la majorité des candidats

La très grande majorité des candidats qualifiés à la présidentielle au
Sénégal
ainsi qu’un important collectif citoyen ont rejeté, vendredi 23 février, le dialogue proposé la veille par le chef de l’Etat, Macky Sall, pour fixer la date de l’élection et tenter de sortir d’une crise profonde.

Des candidats déterminés

« Nous nous opposons à tout dialogue sur cette question et nous exigeons qu’une date soit prise avant le 2 avril », a déclaré Boubacar Camara, membre d’un collectif de seize candidats.« Nous appelons à la mobilisation », a ajouté un autre candidat, Aliou Mamadou Dia. Aar Sunu Election, regroupant des dizaines d’organisations de la société civile, qualifie cette initiative de « tentative de diversion » et la juge « inacceptable » .Il exige que l’élection ait lieu avant le 2 avril.

Le contexte de la crise

Après le report de l’élection décrété le 3 février, la situation politique s’est tendue, provoquant des manifestations et des tensions. Le président Sall, au pouvoir depuis 2012, a promis de respecter les principes démocratiques malgré les critiques formulées à son encontre.

Macky Sall a rejeté l’idée d’un report au-delà du 2 avril mais a proposé un dialogue pour fixer la date de la nouvelle élection. Cependant, la majorité des acteurs politiques et sociaux ont rejeté cette proposition, plongeant le pays dans une incertitude politique profonde.

Les craintes des candidats et de la société civile

Le collectif Aar Sunu Election redoute une vacance du pouvoir si l’élection n’a pas lieu avant le 2 avril. Des actions sont prévues pour maintenir la pression sur le gouvernement et garantir la tenue du scrutin dans les délais.

Le candidat Thierno Alassane Sall accuse le président de manœuvrer pour se maintenir au pouvoir en excluant certains candidats du dialogue. Il craint que Macky Sall n’utilise cet argument pour rester en place au-delà de son mandat.

Conclusion

La crise électorale au Sénégal souligne les enjeux démocratiques et la nécessité de respecter le calendrier électoral pour éviter une crise politique majeure. La pression exercée par les candidats et la société civile montre l’importance de garantir des élections transparentes et démocratiques dans le pays.

Mots-clés:

Sénégal, Macky Sall, élection présidentielle, crise politique, dialogue, candidats, société civile.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE