mardi 25 juin 2024
AccueilEn directPénurie de médecins en France : une crise ignorée par le gouvernement...

Pénurie de médecins en France : une crise ignorée par le gouvernement qui s’enfonce dans les soins palliatifs et la télémédecine au rabais.

La pénurie de médecins, une des causes essentielles de la crise sanitaire en France

L’état catastrophique de notre système de santé est aujourd’hui une réalité connue de tous. Si les plans précédents n’ont pas permis d’apporter les solutions adéquates, l’intervention du président de la République le 6 janvier dernier est venue confirmer la gravité de la situation. Pourtant, aucune mesure n’a été proposée pour remédier à l’une des causes principales de la crise : la pénurie de médecins en France. C’est avec la démission massive des professionnels de santé que la situation a commencé à se dégrader.

Partout en France, la pénurie de médecins est un fléau qui sévit. En Ile-de-France, plus de 95 % des territoires sont considérés comme sous-dotés en généralistes, selon les données de l’Agence Régionale de Santé (ARS). Certaines spécialités, quant à elles, sont totalement absentes de nombreux départements, tandis que les postes vacants dans les hôpitaux se comptent par milliers. Toutes les filières sont en souffrance, qu’il s’agisse de la santé scolaire, de la médecine du travail, de la protection maternelle et infantile, ou encore de la liste non exhaustive des spécialités en manque d’effectifs.

Pour remédier à cette situation critique, le « docteur Macron » et son ministre de la Santé envisagent de recourir à différentes mesures, notamment l’amplification des soins palliatifs, l’ajout d’assistants médicaux, l’optimisation du temps de travail, la délégation de certaines tâches à d’autres professions en pénurie, la venue de médecins étrangers ou encore le développement de la télémédecine. Cependant, ces mesures restent insuffisantes pour traiter réellement l’origine de la maladie, à savoir le nombre insuffisant de médecins formés par nos universités.

Le discours récurrent qui prétend que la suppression du numerus clausus va tout résoudre dans dix ans est au mieux de la pensée magique et au pire une diversion malhonnête. Les promotions d’étudiants, issus de la réforme de la première année des études de médecine, qui reste très sélective, n’ont augmenté que de 15%. Ce qui laisse des milliers de candidats brillants et motivés sur le carreau. Les projections montrent que, dans dix ans, nous serons revenus à des effectifs de médecins équivalents à ce qu’ils étaient dans les années 2000. Une période où les déserts médicaux étaient déjà une réalité.

Pour autant, les besoins de santé ne cessent de croître. La population augmente, vieillit et expose davantage de pathologies chroniques nécessitant des prises en charge longues. Dans le même temps, les médecins sont eux aussi touchés par les transformations de la société, leurs attentes évoluent. Leur temps de travail reste élevé mais a nettement diminué, tandis qu’ils aspirent à des fonctions plus souvent salariées avec des durées d’exercice encadrées.

En somme, la pénurie de médecins est une réalité qui exige une action rapide et significative. Le futur de notre système de santé en dépend fondamentalement.

Mots-Clés: Pénurie de médecins, Crise sanitaire, Suppression du numerus clausus, Déserts médicaux.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE