vendredi 1 mars 2024

Alerte : Le maire de La Clusaz prend une mesure radicale pour assurer la sécurité juridique d’un projet de retenue collinaire controversé !

Le maire de La Clusaz (Haute-Savoie) a récemment annoncé un moratoire sur la construction d’une retenue collinaire sur le plateau de Beauregard. Cette décision a été prise pour des raisons de sécurité juridique, comme l’a déclaré le maire Didier Thévenet dans une interview accordée au Dauphiné libéré le 5 septembre dernier. Ce projet avait pour objectif de garantir l’approvisionnement en neige artificielle de la station de ski de La Clusaz. Cependant, le maire a considéré qu’il était préférable d’attendre que la justice se prononce définitivement sur cette question, pour éviter tout risque juridique.

Le maire de La Clusaz a souligné que la question de la légalité de la suspension de l’autorisation environnementale par le juge des référés était importante, mais qu’il attendait surtout un jugement définitif sur le projet. Il a expliqué que ce genre de procédure pouvait prendre plusieurs années, d’autant plus que la jurisprudence relative à l’utilité publique majeure était en constante évolution. Le moratoire a été décidé lors d’un conseil municipal qui a eu lieu le 17 août dernier.

Il convient de rappeler qu’en octobre 2022, un arrêté préfectoral autorisant le lancement des travaux pour la construction de cette retenue avait été suspendu par le tribunal administratif de Grenoble, au nom de la protection de l’environnement. Cette décision avait été saluée par les associations et les militants opposés au projet, qui occupaient le site. Le maire avait alors fait savoir que la majorité des habitants de La Clusaz étaient favorables à la retenue, comme cela avait été rapporté par la commission d’enquête. Il regrettait également que certains opposants aient transformé cette question en un « totem contre le ski ».

Le maire souligne que sur les 148 000 m³ prévus pour la retenue, un tiers devait être consacré à l’eau potable, et le reste à la production de neige artificielle. La Clusaz, située dans un massif karstique où les roches sédimentaires, principalement calcaires, sont sensibles à la dissolution, est réellement en besoin d’eau, explique le maire dans l’entretien accordé au Dauphiné. Il affirme également croire encore à l’avenir du ski, et déplore d’avoir été le symbole et le centre du « ski-bashing » dans cette affaire. C’est pourquoi il assure que la commune ne lâche rien et qu’elle va renforcer son projet, dans le respect de la justice et de la loi.

Mots-clés: maire, La Clusaz, Haute-Savoie, moratoire, construction, retenue collinaire, plateau de Beauregard, sécurité juridique, neige artificielle, justice, légalité, autorisation environnementale, juge des référés, jugement définitif, années, jurisprudence, conseil municipal, octobre 2022, travaux, tribunal administratif de Grenoble, protection de l’environnement, associations, militants, site, habitants, eau potable, production, retenue, massif karstique, roches sédimentaires, dissolution, calcaires, ski, totémisme, ski-bashing, commune, projet, loi.

articles similaires

Articles Récents