jeudi 23 mai 2024
AccueilÉconomieLe milliardaire tchèque devient le maître de l'acier en Allemagne

Le milliardaire tchèque devient le maître de l’acier en Allemagne

Dans l’usine de ThyssenKrupp à Duisbourg, en Allemagne, au mois d’avril 2018, Daniel Kretinsky, un milliardaire tchèque de 48 ans, a récemment acquis 20 % des parts des activités acier du groupe bicentenaire ThyssenKrupp à travers sa société EPCG. Cette transaction, dont les détails financiers restent confidentiels, lui confère une influence significative sur l’avenir du producteur d’acier basé à Duisbourg. Ce coup stratégique lui permet d’exercer une forte influence dans un secteur clé de l’économie allemande, marqué par la tradition industrielle de ThyssenKrupp.

L’histoire industrielle et culturelle de ThyssenKrupp en Allemagne en fait un enjeu majeur pour le milieu économique du pays. L’acier issu des hauts-fourneaux de la Ruhr a joué un rôle crucial dans l’essor de l’industrie automobile allemande, tandis que les syndicats, notamment IG Metall, ont mené des luttes historiques dans cette région. La présence influente de la fondation Alfried Krupp, principal actionnaire du groupe, renforce l’importance de ThyssenKrupp en Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Malgré une décennie de difficultés financières, la division acier de ThyssenKrupp a été sujette à une restructuration complexe en raison de son héritage historique. Daniel Kretinsky, connu pour ses investissements dans des secteurs en déclin en Europe, apparaît alors comme un sauveur potentiel pour cette division. Bien que sa participation ait été revue à la baisse, il semble déterminé à jouer un rôle clé dans l’avenir du groupe et de ses 27 000 employés, ainsi que sur son chiffre d’affaires de 12,4 milliards d’euros.

En tentant d’acquérir initialement une part plus importante dans la division acier, Daniel Kretinsky a clairement exprimé son intention de prendre part activement aux décisions de ThyssenKrupp. Cette situation soulève des interrogations quant à l’avenir de l’entreprise et aux possibles répercussions sur l’économie régionale. En consolidant sa position au sein du conseil de surveillance, Kretinsky pourrait impulser des orientations stratégiques majeures pour l’entreprise. Son investissement, bien que limité à 20 % pour le moment, s’inscrit dans une dynamique d’évolution qui peut potentiellement redéfinir le paysage industriel européen.

Mots-clés: ThyssenKrupp, Daniel Kretinsky, industrie de l’acier, Allemagne, investissements, restructuration, influence, futur.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE