samedi 20 juillet 2024
AccueilSociétéUn imam condamné pour propos antisémites, la justice réagit sévèrement

Un imam condamné pour propos antisémites, la justice réagit sévèrement

Imam condamné pour apologie du terrorisme et provocation à la haine et à la violence

L’imam de la mosquée de Beaucaire, dans le Gard, a été condamné à huit mois de prison avec sursis pour apologie du terrorisme et provocation à la haine ou à la violence, en lien avec la guerre entre Israël et le Hamas. Cette condamnation a été prononcée jeudi 2 novembre devant le tribunal correctionnel de Nîmes.

Le prévenu de 32 ans avait été interpellé dans la nuit de lundi à mardi et placé en détention provisoire. Il était jugé en comparution immédiate. Il était poursuivi pour avoir publié le 12 octobre sur Facebook des propos appelant à « combattre » et « tuer » les juifs, issus d’un hadith, une parole attribuée à Mahomet et consignée dans la tradition islamique.

L’imam a été également interdit d’exercer pendant un an et condamné à une peine d’inéligibilité d’un an. Cette publication avait été postée cinq jours après l’attaque du mouvement islamiste Hamas sur le sol israélien, le 7 octobre. Les autorités israéliennes ont dénombré quelque 1 400 morts, tandis que le Hamas a annoncé plus de 9 000 morts dans les bombardements israéliens dans la bande de Gaza.

L’homme s’est justifié en déclarant qu’il avait mal compris ce hadith et qu’il ne l’aurait pas publié s’il avait vu cette ambiguïté. Il a affirmé être contre toutes les formes de terrorisme et du côté des opprimés, quel que soit leur camp. Cependant, le procureur a rappelé que l’imam avait persévéré dans la publication de messages controversés, en faisant notamment référence à une nouvelle publication sur laquelle figurait un drapeau palestinien surplombant la mosquée de Jérusalem.

L’avocate de l’Organisation juive européenne a souligné que ces messages, même s’ils étaient considérés comme des maladresses, pouvaient conduire à des passages à l’acte violents et de terrorisme. Elle a appelé à la vigilance et a rappelé que le fascisme et le nazisme n’appartenaient pas au passé.

À la barre, quatre témoins de la défense ont salué les prêches « antiviolence » de l’imam, ainsi que ses discours modérés et pacifistes, tout en reconnaissant la maladresse de sa publication. L’imam est imam depuis dix ans et suivi sur Facebook par 2 000 internautes.

Le religieux, père de quatre enfants, de nationalité franco-marocaine, avait été interpellé à l’aéroport de Marseille-Marignane, de retour d’un pèlerinage à La Mecque, puis placé en garde à vue lundi soir. Il exerce depuis 2014 comme imam de la mosquée de Beaucaire, commune gardoise dirigée par Julien Sanchez, vice-président du Rassemblement National. Avant cela, il avait servi dans les mosquées de Valdegour et du Chemin bas d’Avignon, deux quartiers paupérisés de Nîmes.

Mots-clés: imam, mosquée de Beaucaire, Gard, condamnation, apologie du terrorisme, provocation à la haine, violence, Israël, Hamas, hadith, Facebook, guerre, Israël, Palestine, tribunal correctionnel de Nîmes, détention provisoire, comparution immédiate, interdiction d’exercer, inéligibilité, Mouvement islamiste Hamas, bande de Gaza, attentat, meurtres, publication, ambiguïté, persévérance, procureur, drapeau palestinien, mosquée de Jérusalem, témoins, prêches, modéré, pèlerinage, La Mecque, garde à vue, Julien Sanchez, Rassemblement national, Valdegour, Chemin bas d’Avignon.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE