samedi 20 juillet 2024
AccueilPolitiqueRassemblement National: Les Dérapages Racistes en Ligne

Rassemblement National: Les Dérapages Racistes en Ligne

Dans un contexte politique de plus en plus polarisé, le Rassemblement national (RN) se retrouve une nouvelle fois sous les feux des projecteurs pour des raisons peu flatteuses. Malgré les efforts de Marine Le Pen pour présenter une image plus respectable du parti, des révélations récentes mettent en lumière des contradictions inquiétantes. Suivant une enquête menée par Mediapart, plusieurs dizaines de candidats du RN ont été épinglés pour des propos racistes et antisémites sur les réseaux sociaux. Cette nouvelle affaire compromettant sérieusement la stratégie de dédiabolisation mise en avant par le parti, nous vous apportons un éclairage détaillé sur ces incidents et leurs répercussions.

Le Rassemblement national pris en flagrant délit de propos racistes et antisémites

Le Rassemblement national (RN) tente depuis des années de se débarrasser de son image sulfureuse, mais les récentes enquêtes montrent que la réalité est bien différente. Selon un rapport choc de Mediapart, pas moins de 45 candidats du parti ont été épinglés pour des propos racistes et antisémites sur les réseaux sociaux. Ces révélations mettent en lumière les contradictions entre le discours officiel de « dédiabolisation » du parti et les comportements de certains de ses membres.

L’objectif du RN, sous la direction de Marine Le Pen, est de se présenter comme un parti respectable et de s’éloigner des outrances de son fondateur, Jean-Marie Le Pen, connu pour ses dérapages racistes et antisémites. Cependant, la persistance de propos haineux parmi les candidats montre que la transformation du parti est loin d’être achevée.

Le risque pour le RN est double. D’une part, de tels propos peuvent alarmer les électeurs modérés séduits par la « nouvelle image » du parti. D’autre part, ces révélations offrent des munitions à leurs adversaires politiques, qui ne manqueront pas de rappeler ces dérapages pour discréditer le RN. Le parti doit donc gérer une crise de crédibilité majeure, qui pourrait bien compromettre ses ambitions électorales.

Joseph Martin: quand les tweets antisémites refont surface

En octobre 2018, Joseph Martin, candidat du RN dans le Morbihan, a provoqué une onde de choc avec un tweet ignoble : « Le gaz a rendu justice aux victimes de la Shoah. » Ce message, révélé par Libération, a conduit à sa suspension temporaire. Toutefois, il a été réinvesti par une commission du parti après avoir prétendu que ses propos visaient en réalité la mort de Robert Faurisson, un militant négationniste.

Cette réhabilitation a suscité une vive polémique et met en lumière l’ambivalence du RN face à l’antisémitisme. Bien que le parti affirme aujourd’hui se positionner contre l’antisémitisme, les faits montrent une réalité plus complexe. Les propos de Joseph Martin et la décision de le réintégrer peuvent être perçus comme une tolérance implicite envers les dérapages antisémites.

Par ailleurs, ce type de scandale expose les contradictions internes du RN et ses difficultés à contrôler ses membres. Alors que Marine Le Pen tente de présenter le RN comme un parti modernisé et respectable, les écarts de personnalités comme Joseph Martin sapent ces efforts et ravivent les stigmates du passé. Cela pourrait avoir des répercussions sur la perception du parti par l’opinion publique et sur sa capacité à attirer un électorat plus large.

Candidats RN et antisémitisme: Agnès Pageard et les attaques ciblées

Agnès Pageard, candidate RN dans la 10e circonscription de Paris, est une autre figure marquante des dérives antisémites au sein du parti. Ses attaques répétées contre des personnalités juives sur les réseaux sociaux démontrent une obsession inquiétante. En janvier 2022, Pageard a écrit : « On nous bassine avec Momo qui ne veut pas livrer de kebab kasher. Mais que nos « élites » sodomisent leurs propres enfants c’est beaucoup plus grave… » Cette déclaration, rappelée par Libération, vise directement des figures publiques juives comme Bernard-Henri Lévy ou Jacques Attali.

Ces propos reflètent une tendance inquiétante au sein du Rassemblement national où certains candidats s’en prennent systématiquement à la communauté juive. Cette attitude anti-élite, souvent connotée de stéréotypes antisémites, alimente le discours de haine et compromet les efforts de dédiabolisation du parti.

Le cas d’Agnès Pageard n’est pas isolé. Sophie Dumont, candidate de la 4e circonscription de Côte-d’Or, a sous-entendu que le parti Reconquête était financé par les Juifs. De telles accusations renforcent les préjugés et alimentent le discours antijuif. Le coût politique et social de ces dérapages est immense, non seulement pour les individus visés mais aussi pour la crédibilité du RN dans son ensemble.

Dérapages racistes en série au sein du Rassemblement national

Le racisme est une autre plaie qui gangrène le Rassemblement national. Des candidats comme Tony Bihoué, candidat RN dans le Finistère, n’hésitent pas à faire des déclarations choquantes. En parlant de Nahel, un jeune homme tué par la police à Nanterre en juin 2023, Bihoué a twitté : « Un gamin ? Une raclure ! Une racaille ! Un refus d’obtempérer alors faut pas chialer. »

De tels propos ne sont pas rares au sein du parti. René Lioret, patron du RN en Côte-d’Or, a récemment déclaré : « Les racailles africaines, c’est toujours à 3 ou 4 contre 1. C’est à ça qu’on les reconnaît ! » Cette rhétorique raciste, loin d’être anecdotique, semble être une constante chez certains membres du RN.

Malgré les efforts de Marine Le Pen pour changer l’image du parti, ces dérapages montrent une réalité bien différente. Ils révèlent un courant latent de racisme au sein du RN, qui émerge régulièrement à travers des propos publiés sur les réseaux sociaux. Ces incidents mettent en lumière les difficultés du parti à contrôler le discours de ses membres, sapant ainsi ses efforts de crédibilité et d’attractivité auprès d’un électorat plus large et diversifié.

Intersection du racisme et du sexisme chez les candidats du Rassemblement national

Le racisme et le sexisme semblent parfois aller de pair chez certains candidats du Rassemblement national. Tony Bihoué, notable pour ses déclarations racistes, a également été épinglé pour des propos sexistes. En évoquant une vague d’immigration, il a tweeté : « Facile d’écarter les cuisses pour pondre des racailles, plus dur de s’en occuper ! »

Ces amalgames entre discriminations raciale et de genre sont alarmants et reflètent un double standard profondément ancré chez certains membres du RN. Ils s’en prennent non seulement à des communautés ethniques mais aussi à la dignité des femmes, soulignant une intersection de préjugés qui rend ces discours encore plus odieux.

Les propos sexistes et racistes compromettent encore plus la tentation de « dédiabolisation » du parti. Ils montrent que derrière une façade rénovée se cachent toujours des attitudes profondément discriminatoires. Pour un parti cherchant à attirer un électorat large et diversifié, de telles déclarations sont catastrophiques. Elles démontrent que malgré les efforts de transformation, le RN continue de traîner les lourds fardeaux de son passé sulfureux.

La dédiabolisation du Rassemblement national : une stratégie qui s’effondre face à la réalité

La stratégie de dédiabolisation du Rassemblement national, initiée par Marine Le Pen, se heurte à une réalité implacable. Les dérapages réguliers de ses candidats révèlent la persistance de discours haineux et discriminatoires au sein du parti. Alors que le RN tente de se présenter comme un choix politique respectable, les faits montrent une fracture entre l’image projetée et les comportements réels de certains membres.

Cette situation met en lumière les limites de la transformation du RN. Si le discours officiel a évolué pour tenter de séduire un électorat plus large, les attitudes des candidats montrent que le fond du parti n’a pas entièrement changé. Les révélations de propos racistes et antisémites ternissent l’image du RN et renforcent les doutes sur sa sincérité en matière de changement.

En fin de compte, la stratégie de dédiabolisation semble s’effondrer sous le poids des réalités internes du parti. Les dérapages successifs montrent que le RN a encore beaucoup de chemin à parcourir pour convaincre qu’il a réellement tourné la page de son passé controversé. Cette dichotomie entre les discours et les actes pourrait bien coûter cher au parti en termes de crédibilité et d’attractivité électorale.

Conséquences des dérapages pour le Rassemblement national: quelle réaction du parti?

Face aux multiples dérapages de ses candidats, le Rassemblement national est contraint de réagir. Les réponses du parti oscillent entre suspension temporaire des candidats et tentatives de justification, comme dans le cas de Joseph Martin. Cependant, ces mesures sont souvent perçues comme insuffisantes et tardives.

La gestion de ces crises est cruciale pour le RN. Une incapacité à contrôler et sanctionner efficacement les propos haineux pourrait éroder la crédibilité du parti. Les électeurs modérés risquent de se détourner, tandis que les adversaires politiques exploitent ces dérapages pour discréditer le RN.

Pour maintenir son maintien sur la scène politique, le RN doit démontrer une tolérance zéro envers les propos racistes et antisémites. Des mesures plus strictes et une surveillance renforcée des candidats sont essentielles pour éviter de futurs scandales. La direction du parti est face à un défi majeur : prouver que la transformation du RN est réelle et non simplement cosmétique.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE