mardi 5 mars 2024

Le gouvernement menace de ponctionner les ressources des retraites complémentaires, les partenaires sociaux sous pression!

L’Agirc-Arrco, la caisse de retraites complémentaires du secteur privé, est actuellement au cœur de négociations entre les syndicats et le patronat. Mais le gouvernement, par la voix du ministre du travail Olivier Dussopt, envisage de ponctionner les ressources de ce régime. Sophie Binet, secrétaire générale de la CGT, a rapporté que cette possibilité a été évoquée lors d’une discussion avec le ministre.

Le gouvernement prévoit ainsi une contribution de l’Agirc-Arrco, pouvant aller de 1 à 3 milliards d’euros par an, si aucune mesure n’est prise pour financer les petites pensions à l’issue des négociations en cours. Cette idée n’est pas nouvelle, elle avait déjà été suggérée lors de l’élaboration de la réforme des retraites en 2022. L’objectif était alors d’augmenter les petites pensions à 85% du Smic pour une personne ayant une carrière complète.

Le régime de l’Agirc-Arrco affiche pourtant une santé financière solide, avec un excédent de 5,1 milliards d’euros en 2022 et des réserves atteignant près de 69 milliards d’euros à la fin de l’année. Ces chiffres pourraient d’ailleurs augmenter avec la réforme qui prévoit le relèvement de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans, réduisant ainsi les dépenses de pensions et augmentant les ressources.

Les syndicats sont révoltés par cette perspective de financement des petites pensions par l’Agirc-Arrco. Sophie Binet qualifie cette proposition de « scandaleuse et inacceptable », rappelant que les excédents du régime sont en grande partie le résultat de décisions prises par les organisations d’employeurs et de salariés, sans le soutien de la CGT qui rejetait ces mesures réduisant les droits des salariés au nom de la résorption des déficits.

La secrétaire générale de la CGT estime qu’il est nécessaire de rendre aux salariés et aux retraités ce qu’ils ont sacrifié ces dernières années si la situation financière s’améliore. Elle souligne également que la menace de ponctionner les ressources de l’Agirc-Arrco risque d’entraver le financement de nouveaux droits, notamment pour prendre en compte les années d’études et les carrières fragmentées.

Mots-clés: Agirc-Arrco, retraites complémentaires, gouvernement, syndicats, patronat, pensions, Sophie Binet, Olivier Dussopt, financement, contributions, excédents, réserves, réforme des retraites, CGT.

articles similaires
Articles Récents