vendredi 1 mars 2024

Le gouvernement « accélère la banalisation » du Journal du dimanche et provoque une forte indignation à gauche !

Le gouvernement « accélère la banalisation » du Journal du dimanche (JDD), ont déploré plusieurs responsables de gauche, en dénonçant l’entretien accordé par la secrétaire d’Etat à la ville, Sabrina Agresti-Roubache, à la première édition du journal sous la houlette de Geoffroy Lejeune, marqué à l’extrême droite. Cette nouvelle collaboration entre le gouvernement et le JDD a suscité de vives réactions. Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, a commenté sur les réseaux sociaux : « Le gouvernement Macron avalise le coup de force du JDD. Leur conception de l’arc républicain est à l’aune de leurs intérêts. Ils en ont détruit le sens. » Laurence Rossignol, sénatrice socialiste, a déclaré sur la même plate-forme : « Honte à la ministre Sabrina Agresti-Roubache qui, en s’exprimant ce matin dans le JDD, crache à la figure des journalistes qui ont fait 40 jours de grève, banalise et apporte sa caution politique à un nouvel hebdo d’extrême droite ». Manon Aubry, eurodéputée La France insoumise, a quant à elle dénoncé l’accélération de la banalisation du JDD par la Macronie.

Cette polémique intervient alors que Sabrina Agresti-Roubache est la première membre du gouvernement à accorder un entretien au JDD version Geoffroy Lejeune, récemment arrivé de Valeurs actuelles. Dans les colonnes de l’hebdomadaire, elle affirme que « le pluralisme, c’est accepter la confrontation ». Cette première parution du JDD depuis une grève historique de quarante jours a été saluée par plusieurs voix du Rassemblement national (RN). Thierry Mariani, eurodéputé RN, a souhaité « bonne chance à Geoffroy Lejeune et à sa nouvelle équipe pour réveiller le JDD ». Gilbert Collard, également eurodéputé RN, a commenté : « Il était temps qu’un journal ose le dire ». La une du journal est consacrée à la mort d’un adolescent poignardé le 22 juillet dans l’Eure, suscitant des réactions de la part des proches des victimes qui dénoncent une différence de traitement médiatique.

Face à la montée en puissance dans les médias du milliardaire Vincent Bolloré, autorisé début juin par Bruxelles à racheter le groupe Lagardère, propriétaire du JDD et de Paris Match, la majorité reste partagée. La ministre de la culture, Rima Abdul Malak, a évoqué « un risque de destruction » du JDD, tout en rappelant que « la presse d’opinion a le droit d’exister en France ». La question de l’indépendance des médias sera également abordée lors des Etats généraux de l’information prévus en septembre.

Mots-clés : gouvernement, banalisation, Journal du dimanche, JDD, secrétaire d’Etat, Sabrina Agresti-Roubache, Olivier Faure, Parti socialiste, Laurence Rossignol, Manon Aubry, La France insoumise, Geoffroy Lejeune, Valeurs actuelles, pluralisme, Rassemblement national, Thierry Mariani, Gilbert Collard, adolescent poignardé, Vincent Bolloré, Lagardère, Paris Match, Rima Abdul Malak, presse d’opinion, Etats généraux de l’information.

articles similaires

Articles Récents