vendredi 1 mars 2024

Emmanuel Macron brave les critiques en assistant à une messe papale à Marseille, laïcité mise en question !

Emmanuel Macron, président de la République française, a fait face à des critiques de la gauche concernant sa participation à un service religieux dirigé par le pape François à Marseille le 23 septembre prochain. La gauche estime en effet que le président ne devrait pas assister à cet événement au nom de la laïcité. Cependant, Emmanuel Macron a assumé sa décision, affirmant que sa présence en tant que président était justifiée. « Je considère que c’est ma place d’y aller. Je n’irai pas en tant que catholique, j’irai comme président de la République qui est en effet laïque », a-t-il déclaré lors d’un déplacement en Côte-d’Or.

Le président a également précisé qu’il n’aurait pas de pratique religieuse lors de cette messe. Il a rappelé que le pape était le chef d’État du Vatican et que sa présence n’était donc pas en contradiction avec la neutralité de l’État français. « L’État est neutre. Les services publics sont neutres et nous préservons l’école aussi et nous l’avons rappelé en cette rentrée », a-t-il ajouté, faisant allusion à l’interdiction du port de l’abaya, une robe musulmane, dans les établissements scolaires.

La possibilité de la participation d’Emmanuel Macron à cette messe avait suscité des critiques de La France insoumise dès le mercredi précédent. Alexis Corbière, député de ce parti, avait exprimé son désaccord sur les réseaux sociaux, affirmant qu’un élu et en particulier le président de la République ne devrait pas participer à une cérémonie religieuse. Fabien Roussel, chef du parti communiste, a également réagi en soulignant que la place du président de la République n’était pas forcément d’assister à une messe dans une république laïque.

Il convient de noter que la présence d’un chef de l’État français à une messe papale est une première depuis celle célébrée en 1980 par Jean-Paul II sur le parvis de Notre-Dame en présence de Valéry Giscard d’Estaing. Cela démontre l’importance de cet événement et son impact sur la vie politique française.

Il est intéressant de rappeler que dès le début de son mandat, Emmanuel Macron avait participé à l’iftar annuel du Conseil français du culte musulman, marquant ainsi sa volonté de reconnaître et de respecter toutes les religions présentes en France. Ces différentes rencontres avec des représentants religieux illustrent la volonté du président de maintenir un dialogue ouvert et inclusif avec toutes les communautés religieuses du pays.

En conclusion, la décision d’Emmanuel Macron d’assister à la messe du pape François à Marseille malgré les critiques de la gauche fait débat. Le président a fait valoir son statut de chef de l’État et la neutralité de l’État français pour justifier sa présence. Cette participation est également symbolique, étant donné qu’elle n’a pas été observée depuis plus de 40 ans. Il est important de souligner que cette présence représente un geste de reconnaissance envers la religion catholique, tout en maintenant une position de neutralité et de respect envers toutes les autres religions présentes en France.

Mots-clés: Emmanuel Macron, pape François, laïcité, service religieux, Marseille, 23 septembre, neutralité de l’État, critiques, gauche, république laïque, religion catholique, dialogue interreligieux, France insoumise, Fabien Roussel, Alexis Corbière, Valéry Giscard d’Estaing, Jean-Paul II, Conseil français du culte musulman.

articles similaires

Articles Récents