vendredi 21 juin 2024
AccueilnewsSportParis 2024 : ils refusent d'acheter des billets trop chers

Paris 2024 : ils refusent d’acheter des billets trop chers

« On a été obligées d’acheter des billets pour deux autres sports, dont le badminton, et on ne connaît pas du tout ce sport », explique-t-elle.

Le 8 février 2023, Tony Estanguet, président du Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (Cojop), a présenté les pictogrammes créés pour les Jeux olympiques de Paris 2024. Les billets sont mis en vente depuis le 15 février et, déjà, une quinzaine de disciplines affichent complet. Les organisateurs se réjouissent de cet engouement, mais les heureux élus ont vite déchanté face aux prix des tickets, jugés « exorbitants » voire « prohibitifs », et devant la complexité de la procédure mise en place.

Pour cette première phase de vente, trois millions de billets sont en jeu. Les acheteurs potentiels doivent commander des « paniers » composés de trois billets minimum, trente maximum, et il est obligatoire d’acheter au moins une place pour trois sports différents. Les sept autres millions de billets seront vendus au détail à partir du 11 mai, après un tirage au sort. Parmi ces billets, un million seront à 24 euros et la moitié des tickets ne dépasseront pas 50 euros. Malheureusement, la moitié de ces billets à 24 euros ont été réservés par l’Etat et les collectivités locales pour de la billetterie solidaire.

Les témoignages de personnes ayant tenté de se procurer des billets sont unanimes : leurs « immense déception » face aux tarifs et à la complexité de la procédure est palpable. Guillaume, enseignant de 36 ans, a renoncé face aux montants à acquitter pour obtenir les précieux sésames. Audrey, étudiante à Bordeaux, a été contrainte d’acheter des billets pour deux autres sports, dont le badminton, et ne connaît pas du tout ce sport.

Malgré les efforts des organisateurs pour rendre les Jeux olympiques de Paris 2024 accessibles à tous, les prix des billets sont jugés « exorbitants » voire « prohibitifs » par de nombreux témoignages. Une complexité de la procédure et une vente forcée de billets pour des disciplines inconnues viennent s’ajouter à ce désenchantement.

Mots-Clés: Tony Estanguet, Paris 2024, Jeux Olympiques, Billetterie, Prix, Complexité, Vente Forcée, Guillaume, Audrey.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE